• Comme tu me manques

    Il y a eu la colère, l'incompréhension, la rage... Il y a eu ces images de nous refoulées. Ces émotions balayées d'un revers de la main. Pas assez de place dans mon coeur et dans ma tête pour gérer cette double rupture. J'ai d'abord encaissé la première. Cela fera pile 3 mois la semaine prochaine.

    Pendant ce laps de temps, j'ai tout fait pour chasser chaque pensée qui te concernait. Je ne devais pas penser à toi. Je ne pouvais pas. C'était trop.

    Maintenant que je traverse une phase plus calme, que mes émotions liées au crash de ma famille s'espacent... de la place se libère dans mon cerveau qui recommence à vagabonder. J'ai pensé à toi hier, toute la journée. J'ai rêvé de toi cette nuit. Je pense encore à toi ce matin. Des centaines d'images de nous se superposent devant mes yeux. Mon coeur se serre. Tu me manques...

    Je me retiens plusieurs fois par jour, les doigts qui glissent sur mon téléphone, de t'envoyer un message. Il est encore trop tôt pour toi. Je ne veux pas insister. Te laisser le temps de faire ton chemin. Parfois je me dis que tu ne la quittera jamais et qu'il faut que j'arrête d'imaginer ce "un jour peut-être" que tu as laissé trainer dans ton dernier message.

    C'est dur. Si j'arrive à supporter cette seconde rupture pour l'instant, c'est parce que je m'accroche encore à cette éventualité de retrouvailles dans un avenir plus ou moins lointain.

    Mais aujourd'hui tu me manques. Je ne peux pas te l'écrire, alors je dépose ici ce trop plein d'amour qui déborde et dont je ne sais que faire sans tes bras pour le recueillir.

    Je t'aime.


    2 commentaires
  • Le calme avant la tempête

    Voilà quelques jours qu'il est parti, vivre dans un appartement à quelques centaines de mètres de la maison. Depuis qu'il n'est plus là, la pression retombe doucement. Je ne l'ai plus sur le dos à me harceler. J'ai eu quelques jours de soulagement, quelques moments de sourire, mais j'ai aussi des moments de blues et de larmes. J'ai encore beaucoup de mal à tourner la page, beaucoup de mal à me projeter. Je ne sais plus ce que je veux, ce dont j'ai besoin, ce que je dois faire.

    Je prends chaque jour l'un après l'autre. J'essaie de gérer tant bien que mal les difficultés de ce mois de juin extrêmement chargé côté boulot, avec des contraintes horaires resserrées pour gérer les enfants matin et soir et la gestion de la maison et du jardin en plus. Sans compter les problématiques d'avocat, de documents à rassembler et j'en passe.

    Bref, ce n'est pas encore l'euphorie, et je sais que ce moment de calme présage une belle tempête. Car nous ne serons pas d'accord sur grand chose et que mon avocat voudrait même que je rachète la maison (ce qui serait un coup de grâce pour mon mari) pour préserver mes intérêts financiers pendant la procédure...

    C'est pas gagné cette histoire...

     


    votre commentaire
  • Affronter sa colère

    Voilà, la guerre ouverte est déclarée. J'ai annoncé que je ne souhaitais pas mettre en place la garde alternée. Depuis deux jours je suis donc en plein orage. J'affronte ses colères, ses tentatives d'intimidation, ses reproches.

    Je comprends sa colère. J'aurai la même à sa place. Cependant, je le connais trop bien. Et je sais que si je n'ai pas la garde dés maintenant, il ne voudra jamais me l'accorder plus tard si jamais je souhaite bouger d'ici. De toute façon il l'a dit clairement lui-même dés les premiers jours "si ce qui te rend heureuse, c'est de partir vivre à Lyon ou Marseille, vas-y ! Mais les enfants resteront ici avec moi dans la maison". Sa vision est celle-ci et il n'en démordra pas.

    Il ne se rend pas compte que c'est lui, sa personnalité et tout l'historique de ses comportements qui me pousse à agir ainsi.

    Je suis les conseils de mon avocat, même si ce n'est pas ce que j'aurai fait, spontanément et naturellement.

    Je mets ma vie entre ses mains. Tout mon avenir se joue dans les mois qui viennent.

    Souhaitez moi bonne chance...


    10 commentaires
  • Desert affectif : phase 2, la sensation de solitude s'installe

    Cela ne fait que deux mois. Deux mois exactement. Mais je commence déjà depuis quelques jours à sentir le poids de l'absence d'amour et de tendresse dans ma vie... Qu'il est difficile de n'avoir plus personne à qui envoyer un mot doux en journée, plus personne pour se blottir dans des bras réconfortants, plus personne pour envisager une sortie romantique, plus personne à qui se confier...

    Heureusement il y a les amies qui m'appellent chaque semaine et surtout, mes enfants. Je les mange de bisous et de câlins chaque jour.

    Mais il n'empêche...

    Mes deux ex-hommes délivrent aujourd'hui toute leur attention l'un vers sa femme (et c'est tant mieux pour elle), l'autre vers sa maîtresse (et c'est tant pis pour moi).

    Je vais devoir apprendre à vivre seule avec moi-même. Il paraît qu'il n'y a pas meilleure compagnie. Ca reste à prouver.

     


    3 commentaires
  • Il y a...

    Il y a des jours où je me dis que c'est la meilleure des solutions, qu'il ne pouvait pas en être autrement et que ce sera mieux après.

    Il y a des jours où je suis pressée de le voir partir et d'autres où je suis profondément triste de voir s'envoler ma vie de famille.

    Il y a des jours où je suis presque bien et des matins, comme aujourd'hui, où je vomis d'angoisse et de regrets mon petit-déjeuner.

    Il y a des jours où je me dis qu'on aurait pu être heureux tous ensemble et d'autres où je me dis que je ne l'aurais jamais vraiment été.

    Il y a des jours où je me dis que de toute façon, je ne croirais plus jamais en l'amour.

    Il y a des jours, des hauts, des bas, des nuits sans sommeil, des angoisses, des espoirs, des peurs, des envies d'ailleurs, de soleil et d'amour.

    Il y a des jours où je pense à mon autre et où je chasse son image aussitôt. Parce que trop, c'est trop.

    Il y a des jours où je me dis que je vais me battre et d'autres où je crains cette guerre qui m'attend...

     

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique