• Coup de blues

    Mon « autre » est revenu vers moi pour me souhaiter une bonne rentrée… Puis pour commenter un article que je venais de publier. Je lui ai fait part de mon désarroi face à ces messages très… neutres. Il a exprimé l’envie, voire le besoin de garder le contact après que j’ai parlé « d’âme sœur ». Garder le contact même par le biais d’une simple correspondance « même si la conclusion n’est pas celle que j’aurai espéré »… Ces mots là m’ont interpellé. Ils ont anéantis mes espoirs de retrouvailles « un jour peut-être ». Après tout la « conclusion » c’est lui qui l’a choisi.

    Je pleure. Je n’avais pas encore vraiment pleuré cette séparation, portée d’abord par la colère puis par la compassion. Il n’en reste pas moins que, quelle que soit la raison pour laquelle il a mis un terme à notre histoire, il l’a fait de manière unilatérale, par mail et sans que je puisse exprimer mes propres sentiments… Alors je lui ai simplement répondu qu’il me manquait beaucoup et que je l’aimais.

    Mais il faut que j’arrive à tourner définitivement la page sur cette histoire…

     

    Edit du 25/08 : nous avons eu enfin quelques échanges. Cette discussion essentielle qui n'avait pas eu lieu et dont j'avais besoin. Besoin de m'expirmer, besoin de comprendre qu'il ne me servirait à rien d'espérer, besoin de sentir encore son amour malgré tout, besoin pour réaliser que c'est vraiment terminé et donc pour pleurer, commencer à faire le deuil de cet amour...


    2 commentaires
  • Jusque dans mes nuits...

    Je suis dans la maison. Il veut entrer. Je refuse. Je cours me réfugier dans le dressing et je me cache sous une pile de vêtements. Il grimpe sur le toit, arrive à entrer en passant par une fenêtre qui était ouverte. Il m'appelle, me cherche partout, entre dans le dressing... il pousse les vêtements, mais il ne me voit pas. Je reprends ma respiration. Au bout de quelques longues minutes, ma fille entre dans le dressing. Elle m'a vu m'y cacher. Elle vient pour me faire un gâté, me dire bonne nuit. Je veux lui faire un bisou mais elle me met en danger. Je lui dit de vite repartir dans sa chambre et de ne rien dire, de ne pas faire de bruit...

    Je me réveille en sursaut.
    Ce n'était qu'un rêve.


    1 commentaire
  • le coeur en équilibre

    J'ai rempli cette semaine de beaucoup de choses pour ne pas tomber dans la tristesse de la solitude de ce week-end du 15 août. Des sorties, des amis, des tchats pour tester de m'ouvrir sur de potentielles nouvelles rencontres mais sans grande motivation, ni grand intérêt de ma part (surtout lorsqu'au passage tu tombes sur le profil de ton futur ex-mari...).

    Mais 3 semaines sans les enfants, même si j'ai pu passer une journée avec eux au milieu de tout cela, c'est une éternité. Ils me manquent terriblement. Vivement ce soir que je les retrouve... et que cette sensation pesante de tristesse en filigrane de mes journées puisse enfin s'envoler tant leur présence me remplit d'amour et de bonheur.


    9 commentaires
  • Fragile

    Etre reboostée après 3 semaines de vacances. Appeler pour parler aux enfants que je n'ai pas vu depuis 10 jours. Apprendre qu'ils ne sont pas avec leur père mais chez leur grands-parents, parce qu'il était "invité". Sortir pour aller boire un verre et voir, en passant, sa voiture devant la maison de la nounou. Se dire que merde, alors qu'il est rentré de vacances à peine le matin même, il  n'a même pas pu attendre encore quelques jours avant de la voir et qu'il a préféré larguer les enfants dont il me reproche que je ne les lui laisse pas assez, pour vivre son petit plaisir personnel...

    Encaisser. En parler. Essayer de passer à autre chose maintenant.


    votre commentaire
  • I'm back

    Je reprends le boulot aujourd’hui. Je vois que pendant mon absence, certains se sont bien amusés en commentaires. Merci à ceux qui connaissent vraiment mon histoire de me soutenir. En réalité, je m’en rends compte peu à peu, j’ai à faire à ce qu’on appelle un « pervers narcissique ».

    C’est difficile pour moi de l’admettre, mais cette piste lancée il y a deux ans par une amie psy se confirme de plus en plus aujourd’hui. Même s'il ne l'est peut-être pas à 100% il en a 80% des traits. Quand j’ai lu cet article, j’ai eu le sentiment de reconnaître ma vie. Je vous le livre ici, pour ceux que ça intéresse : http://www.espritsciencemetaphysiques.com/empathe-et-un-narcissique.html

    Alors oui, j’ai eu une aventure, une merveilleuse aventure pendant 4 ans avec un être exceptionnel. Et c’est cette relation qui m’a sauvée. Grâce à lui, j’ai peu à peu repris confiance en moi. Grâce à lui, j’ai enfin eu un miroir positif de ce que j’étais. Grâce à cette histoire j’ai progressivement pris de l’assurance, j’ai changé ma façon d’être. C’est bien parce que mon mari avait de moins en moins d’emprise sur moi qu’il a fini par se trouver une « autre cible ». Et qu’il m’a subitement laissé tomber sans la moindre pincée d’émotion du jour au lendemain après 24 ans de relation. Je devenais de moins en moins intéressante pour lui, de plus en plus difficile à manipuler. Il a même appelé ma mère, ma sœur et mon beau-frère pour leur expliquer qu’il ne me quittait pas du tout pour une autre, mais bien parce que je l’avais trompé "il y a 4 ans". Sans jamais se remettre en question. Comme toujours depuis toutes ces années. Et au bout de 2 mois à me répéter qu'il ne me supportait plus, que j'avais changé etc... il a quand même essayé de me "baiser" (désolée, il n'y a pas d'autres mots"), parce qu'il était sexuellement en manque. Où est le respect et la considération de l'autre dans tout ça ?

    Je sais que je vais aborder les mois les plus difficiles de cette séparation. Mais ces vacances dans le sud et en famille m’ont aidé à me ressourcer. Je suis prête.

    Et pour conclure sur mon autre, mon âme sœur, j’ai eu de ses nouvelles par une amie commune. Le week-end où il avait prévu de quitter sa femme, celle-ci lui annonçait un nouveau cancer, un nouveau traitement de 2 à 3 ans. Il a préféré me mentir en prétextant redonner une dernière chance à son couple. En réalité, il sait qu’il va devoir accompagner sa femme pour l’aider à surmonter cette énième épreuve et qu’il ne sera pas disponible pendant ces deux prochaines années. Il le fait pour ses filles, pour elle et il a menti pour me protéger, que je passe à autre chose et que je rencontre quelqu'un qui aura du temps pour m'aimer et me rendre heureuse.

    J'ai mis 38 ans pour le trouver et je ne suis pas certaine d'en trouver un autre avec autant de qualités, mais si on doit se retrouver lui et moi... Cela se fera sans doute.

    Je lui ai écrit un dernier message. Il m’a répondu. Et je sais maintenant que je dois le laisser tranquille pour qu’il trouve la force et l’énergie nécessaire pour affronter ces épreuves. C’est ce qu’il souhaite. Je respecterai son souhait.

     


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique