• Devenir soi

    Dis-toi d'abord qui tu veux être, puis fais en conséquence ce que tu dois faire.
    Épictète.

    C'est une phrase que je trouve très juste. Je devrais la méditer plus souvent pour avancer dans la bonne direction. 
    Etre, et non pas avoir hein... (on ne parle pas de ce qu'on voudrait posséder là).

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    Difficile de savoir qui je veux être vraiment, précisément. Je voudrais juste devenir moi (hehe, facile à dire). Me sentir bien dans ma vie, dans mon job, dans mon corps au quotidien, tout simplement. Bon, je ne suis pas siiiiiiiiii loin de ce que je voudrais être (si j'éloigne, bien entendu, le fantasme de la femme business women qui bosse dans la mode, toujours bien sapée, toujours bien roulée, pleine de tunes, qui voyage, séduisante, intelligente, cultivée et pleine d'humour  etc... dont je suis loin pour le coup). A ce jour, si on reste raisonnable et réaliste, il faudrait simplement que je sois : plus dynamique, plus cultivée, plus sportive, plus riche (bon, OK, disons plus à l'aise financièrement ça suffira), plus... amoureuse ?

    -
    Dynamique : Je le suis déjà pas mal quand je veux je pense mais j'ai aussi une tendance bien ancrée à la flemmardise et à l'oisiveté (c'est si bon...). Et dans ces cas là, je perds beaucoup de mon temps. Y'a pas à tortiller, il faut que je m'organise pour perdre moins de temps. Et mieux profiter ainsi de quelques moments choisis d'oisiveté.

    -
    Cultivée : mon point faible, c'est la mémoire. Je sais et j'ai su plein de choses, mais je les oublie. Et aujourd'hui, pire qu'hier, je n'ai plus de mémoire du tout. Les noms, les dates, même des trucs idiots comme les noms des capitales arrivent à m'échapper. Ma mémoire se vide petit à petit de tout ce que j'ai appris (je ne tenterais même plus un trivial pursuit au risque d'être totalement ridicule). Malgré tout, il faut que je me réserve plus de temps pour des activités culturelles. Ne serait-ce que de me remettre sérieusement à la lecture.

    - Sportive : bon là, il ne faut pas attendre de miracle.

    -
    Riche : je compte bien l'avoir mon augmentation. Dés cette semaine, je repars à l'attaque. Je n'en deviendrais pas riche (ce mot ne veut rien dire d'abord), mais si au moins je peux vivre sans consulter anxieusement et systématiquement mon compte à chaque fin de mois et m'offrir ce qui me fait plaisir, ce sera déjà pas mal.

    -
    Amoureuse : Ces vacances nous ont rapprochés mon homme et moi (pourquoi, comment, ça, je n'en sais rien). Si j'avais du trancher entre les deux options auxquelles j'ai cogité toutes les vacances, c'est actuellement vers la deuxième option que mon cœur pencherait. Faire un enfant. C'est dire... Bon, je me laisse encore une année pour y réfléchir (faudrait pas que j'ai changé d'avis dans trois mois) et peut-être que je me lancerai... Ceci étant dit, je suis certaine au fond de moi que jamais je ne pourrais renoncer à cette sensation de « première fois » et que j'aurais probablement encore sur ma route des histoires qui me feront chavirer le cœur. J'ai en régulièrement besoin. C'est une chose que je n'arrive pas à m'expliquer. C'est ainsi. Récurrent. Mais là, à ce moment précis de ma vie, je me sens bien avec lui, je me sens bien dans notre maison, bien dans ma vie. Espérons que cela va durer.


  • Commentaires

    1
    Mardi 22 Août 2006 à 13:15
    Bonjour ici...
    ...c'est presque le nouvel an dans ton pays, on dirait ta liste de bonnes résolutions ;-)) Je te souhaite que cet état d'esprit amoureux perdure et ne s'envole pas avec les feuilles d'automne...Bisous là...
    2
    Mardi 22 Août 2006 à 15:28
    c'est tres bien ....
    voilà des résolutions ambitieuses qui ne demandent qu'à aboutir .... L'amour est nécessaire, le sport permet de le pratiquer, l'argent de le fantasmer , et la culture de l'enrober .... Quand à ta mémoire, si déjà tu reussi à te souvenir de charmithorinx , tu auras fait un grand pas neurologique !
    3
    Mardi 22 Août 2006 à 17:07
    spleen 36
    Oui, pour moi, la rentrée, c comme le début d'une nouvelle année, sauf qu'en janvier, je ne prends jamais de résolutions, par principe ;-)
    4
    Mardi 22 Août 2006 à 17:08
    Merci charmi
    :-)
    5
    Fil
    Mardi 22 Août 2006 à 17:44
    Sourire..
    ..C'est bien. L'objectif étant défini, les trois quarts du boulot sont faits.. Et les histoires qui font chavirer le coeur, ça, ça fait partie du sel de la vie...
    6
    Franck
    Mercredi 23 Août 2006 à 20:02
    quel enthousiasme !
    Ca fait plaisir à voir, ou plutôt à lire :-) Content de vous voir un peu plus sereine au niveau "affectif". Très bonne idée d'avoir pris ces quelques résolutions, après tout ce n'est rien d'autre que se fixer des objectifs, et sans objectif, on peut difficilement avancer dans la vie. Donc en un mot comme en 100 : bravo ;-) PS : Concernant la mémoire, ça se travaille ... bon c'est sûr, il ne faut pas attendre d'avoir 75 ans :-)
    7
    Mercredi 23 Août 2006 à 20:17
    Franck et Fil
    Franck : oui, je sais que ça se travaille et heureusement ! mais... j'ai la flemme ;-) Fil : les trois-quart peut-être pas, mais c'est un début. Maintenant il faut que je passe au plan d'attaque. Parce que sinon, je ne vais pas bouger d'un pouce, je me connais.
    8
    Mercredi 23 Août 2006 à 21:45
    On sent de la volonté
    et c'est, je crois la principale condition pour cette phrase fonctionne vraiment. Bravo. Si seulement j'avais autant de volonté ...
    9
    Léa
    Dimanche 27 Août 2006 à 20:05
    Je suis sciée...
    ... ta phrase d'Epictète est exactement mon point de départ de réflexion en ce début de vacances... et en cette période de remise sur le marché de l'emploi... Vraiment toujours le sens de l'à-propos, chez toi! ;-)
    10
    Lundi 28 Août 2006 à 10:31
    Merci Léa
    :-)
    11
    jean-Robert D
    Lundi 28 Août 2006 à 18:26
    Epictète qui se trompe?
    Suis pas sur que c'est en se parlant à soi-même qu'on s'ouvre au monde? En particulier pour le coup de la culture, ce n'est pas tant un stock mémorisé qu'une agilité de la cervelle. Ne vaut-il pas mieux tenter de se transcender dans l'action plutôt que de se demander si on doit se demander si on se demande bien ce qu'on doit se demander pour savoir ce qui était demandé?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :