• Un samedi démoralisant

    Levée depuis 9h, je m'affaire dans ma pseudo cuisine pour préparer un bon repas à deux couples d'amis que nous recevons ce soir. Nous ne les avons pas revu depuis près d'un an. Au départ, je suis enthousiaste. Après des heures de cuisine, je me sens épuisée et n'ai même plus envie de goûter à tout ce que j'ai préparé... 19h30, les deux couples et leurs fils et fille respectives arrivent. La soirée commence. Les deux enfants sont épuisants. Ils pillent les biscuits apéritifs, courent partout, poussent des cris et les parents ne font pas grand chose pour les calmer. C'est surtout ça qui m'exaspère, bien plus que l'énergie de ces bouts de choux. Les hommes parlent foot dans leur coin. Les deux copines surveillent d'un œil leurs rejetons et moi je n'arrive pas à entamer une vraie discussion. Devoir monter le son pour me faire entendre, ce soir, je n'en ai pas la force. Je m'imaginais qu'après le repas, elles iraient les coucher et que nous serions plus tranquilles. J'attends ce moment mais non... Elles avaient décidé de les laisser vivre comme ça toute la soirée...

    En milieu de repas, les deux couples nous annoncent qu'ils attendent tous les deux leur deuxième. Et l'enfer recommence. C'est reparti pour l'interrogatoire sur le ton de la plaisanterie avec un fond d'incompréhension bien réel «  et toi ? Quand est-ce que tu t'y mets ? T'as quel âge déjà ? Ah ben oui, plus vieille que nous, va falloir s'y mettre dis donc ! » Et mon mari de s'allier aux autres pour les encourager à tenter de me convaincre. 5 contre 1, le combat est inégal. Je ne vais pas raconter ma vie, là, au milieu de tous. Alors je suis obligée de mentir et de dire que je n'en ai pas du tout envie, que faire des enfants ne m'intéresse pas pour l'instant, que si mon mari tient absolument à en avoir maintenant, il n'a qu'à s'en faire faire un par une autre... « Oh, mais on pensait que comme tu te retrouvait au chômage, tu en profiterais ! T'as pas peur que ça te freine pour retrouver du boulot le fait que t'ais pas encore d'enfant ? » Ben voyons... Bref. Une soirée quasi interminable. Au moins, ils ont beaucoup aimé le repas. C'est toujours ça. Je ne me serais pas décarcassée pour rien.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :