• Tenir la barre

    Pendant quelques mois j'ai eu la sensation de reprendre le contrôle sur ma vie. Je me suis mise au bullet journal pour planifier et combiner mes contraintes personnelles et professionnelles, j'avançais dans les projets professionnels qu'on me confiait, je jonglais entre les trains, les hôtels, les rendez-vous chez la psychologue pour mon fils, les temps pour moi aussi avec un amoureux qui m'a emmené deux fois en voyage en quelques mois. J'avais l'impression que tout doucement les choses prenaient place.

    Et puis, patatras. Je ne sais pas quoi. Je ne sais pas pourquoi. Tout d'un coup mes douleurs sont revenues plus fortes que jamais. Mon corps a vieilli subitement, devenant difficile pour moi de tenir debout, de plier mes mains. Le manque de mes enfants est revenu de plus en plus criant au creux de mes entrailles.

    J'ai essayé, puis j'ai coulé. Je ne sais pas comment. Du jour au lendemain je me suis mise à pleurer dés mon réveil, à préférer rester seule pour me reposer chez moi au lieu de courir retrouver mon autre, à ne plus avoir envie de me battre au boulot, à vouloir juste me glisser sous la couette et regarder l'hiver (oui, on se croirait encore en hiver ici ces dernières semaines) par la fenêtre.

    Je sais que c'est passager. Un coup de fil à ma meilleure amie, et hop, je me remets en selle.

    Mais c'est dur.

    Je suis tout simplement très très fatiguée.

    Et malgré mon autre dans ma vie en filigrane, je me sens très seule. C'est un peu comme s'il ne faisait pas vraiment partie de ma vie. Juste par parenthèses, quand je peux, quand il peut.

    Comme une autre vie en parallèle.

    Deux vies qui ne se touchent pas, qui ne se croisent pas, qui ne s'emmêlent pas.

    Deux moi.

    Double je.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :