• Retour de Paris : impressions mitigées

    Les moins

    - Malgré trois jours sur place, je n'ai que peu profité de la capitale. Ma présence au boulot de 9h à 19h + 1h de trajet pour rentrer à l'hôtel a réduit mes possibilités.

    - Ma copine, n'habitant pas paris même, n'a pas pu venir me voir en soirée. Mes collègues de boulot étaient tous au choix trop occupés, fatigués, déjà pris pour dîner avec moi. Résultat, deux soirées seule, sans possibilité de m'éloigner trop de l'hôtel (coin pas top pour une fille qui veut rentrer seule à la nuit tombée). Bouh et re-bouh. Vraiment déçue sur ce coup là.

    - Je me suis nourrie exclusivement de sandwichs, petits fours et pizzas pendant trois jours et mon estomac commence à saturer...

    - J'ai réussi à coincer mon chef parisien dans son bureau jusqu'à ce qu'il se décide enfin à m'accorder cet entretien sur ma situation. Je n'ai pas pu négocier grand-chose, grille interne oblige. Il me propose le même salaire que mes homologues (je peux difficilement demander plus qu'eux, on fait le même boulot), soit 320 euros d'augmentation,... mais en brut... (c'est que je souhaitais en net...). Mais le pire est qu'il faut que j'attende janvier 2007 pour que cela devienne effectif, la boite ne sais plus faire autrement depuis qu'on appartient à un grand groupe... Je désespère vraiment là, je me sens lasse de batailler et de pédaler dans la semoule depuis deux ans... Il va encore me falloir de la patience...

    - J'ai craqué devant ma collègue (qui travaille avec mon chef) le lendemain de l'entretien. On parlait du coût de la vie qui augmente, des vacances qui coûtent un œil etc... J'ai senti une telle frustration soudaine que, voilà...J'ai du m'échapper pour aller écraser mes quelques larmes ailleurs que sur notre stand. J'espère qu'elle sera discrète sur la question.

    Les plus

    - Je ne me suis pas laissée abattre totalement non plus et j'ai demandé la rétroactivité de mon augmentation à partir de septembre puisque j'attends déjà depuis mars et que ça commence à faire long. Ce n'est pas dit que le big big boss de la société accepte, mais mon chef, lui, a accepté de plaider ma cause en ce sens. On ne sait jamais... Si ça pouvait marcher...

    - Je vais passer au statut cadre (en janvier donc)

    - Il y a une histoire de variable + une histoire de pseudo treizième mois qui n'en est pas tout à fait un (j'ai pas tout compris) qui va entrer en jeu dans mon nouveau contrat, ce qui devrait donc augmenter encore un peu plus mes revenus si je suis efficace.

    - Sur ce point, mon chef m'a rassuré et m'a dit « je pense qu'on ne s'est pas trompé en te recrutant ». Il voudrait me confier plus de responsabilités au sein du petit groupe que nous formons avec mes homologues. Et plus peut-être après... Si je n'étais pas en région, une opportunité même nationale pourrait se dessiner pour moi. Mais ce n'est pas la question du jour pour l'instant. J'ai eu le sentiment d'être un peu estimée pour mes compétences, mon dynamisme et mes qualités relationnelles avec l'ensemble du groupe. Ca fait du bien de l'entendre.

    - Je me suis réservée un petit tour sur les Champs et j'ai enfin pu visiter la boutique Guerlain... Belle comme un musée, une salle d'exposition... Un doux parfum ambiant, un accueil agréable et discret, un lustre à pampille monumental, des dorures, du luxe... Arf... Quelques minutes de plaisir.


  • Commentaires

    1
    Jeudi 14 Septembre 2006 à 14:51
    Bonjour,
    Les plus semblent compenser les moins, non ? Au moins, il y a un supérieur qui reconnaît tes qualités. Bises.
    2
    titi
    Jeudi 14 Septembre 2006 à 14:54
    Frenchmat
    En effet, les + pèsent plus dans la balance que les moins. Il n'empêche. En revenant, grosse sensation de déprime. Faut que je me secoue. Plus que quelques mois à tenir et tout ira mieux...
    3
    Franck
    Vendredi 15 Septembre 2006 à 10:55
    Tout pareil que Frenchmat
    Les points positifs (quand il y en a ...) prennent toujours le dessus sur les négatifs. Et c'est de ceux-là qu'il faut tirer l'énergie et la volonté d'avancer et de ne pas "lâcher". Tenez bon face à votre direction, si "on" ne s'est pas trompé en vous recrutant, ça doit se voir à un moment ou à un autre sur votre salaire, parce que la gratitude ça va un moment ...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :