• Jamais je n'aurais cru.
    Jamais je n'aurais pensé.
    Lui et moi.
    Des liens, des connexions qui se dessinent, des vies qui s'accrochent.

    Lui plus encore que moi peut-être.
    Recevoir ses mots, ses caresses, ses baisers.
    Se dire juste merci à chaque au-revoir.
    Se revoir.
    Encore.

    3 mois déjà.

    Parfois un brin de lassitude dans mon coeur.
    Parfois se dire qu'on se trompe de chemin, que tout cela ne sert à rien.
    Regarder tout ce qu'on a construit et avoir peur de tout détruire.
    Se demander s'il ne vaudrait pas mieux tout détruire.

    Avoir trouvé un être gentil, intelligent, généreux, attentionné, tendre...
    Qui n'attend rien en retour.
    Juste le bonheur de partager des mots, des corps à corps et des envies de changer le monde.

    Un être raisonnable et fou.
    Un homme fort et sensible.
    Une personne incroyablement intelligente et profondément humble.

    Imaginer que peut-être un jour...
    Mais il est encore trop tôt.

    Bonnes vacances amis bloggueurs. Je pars me ressourcer quelques jours.

     


    2 commentaires
  • C'est la première fois en 20 ans. Comme quoi, avec un peu (beaucoup !) de patience, tout arrive.

    En rentrant du bureau, j'aperçois un sac de femme dans l'entrée de la maison. Je me demande qui est venu nous rendre visite. J'entre, je vois la babysitter installée sur le canapé avec les deux enfants et l'homme qui s'agite pour lui préparer à manger. "C'est à cette heure que tu arrives ? Bon, allez, hop, ne pose pas tes affaires on repart". Et nous sommes allés passer la soirée dans un excellent restaurant où nos papilles se sont régalées pour fêter nos 10 ans de mariage.

    Ce moment là, je l'ai rêvé mille fois. Ce moment là, je l'ai pleuré mille fois de déception. Jamais venu, jamais au rendez-vous, alors que ce n'est pourtant pas si compliqué.

    Sauf que là, je n'attendais rien, plus rien, depuis si longtemps. je n'avais même pas prêté attention à la date du jour. Je me suis détachée de tout ça, pour ne plus espérer, pour ne plus être déçue, pour ne plus pleurer. Ne plus souffrir ;

    Je ne veux pas dire que cela ne m'a pas touché, mais presque. C'est comme si c'était arrivé trop tard. Mon coeur et mon esprit n'avaient qu'une envie ce soir là en rentrant, se lover dans les douces pensées de cet autre qui venait de me donner tant d'amour, tant de douceur, tant de tendresse... Qui venait de me dire tant de belles choses... Avec qui je venais tout juste de partager une heure de délicieuse conversation entre-mélées de baisers langoureux.

    Alors les conversations sur le foot, les bobos de l'homme qui le gênent pour jouer au foot, les essais du fiston dans l'équipe de foot du quartier... Comment dire...

    Heureusement le lieu était parfait, le menu excellent et nous avons ensuite pu glisser sur des conversations plus gastronomiques... A défaut d'être plus intellectuelles ou plus émotionnelles.


    3 commentaires
  • Déculottée malgré vous

    Vous cachez bien votre jeu avec votre petit air d’écolière studieuse ! Car sous l’uniforme de la gentille fille bien sage, se cache en réalité une femme pleine de désirs et d’idées coquines. Encore faut-il que vous trouviez le Jules qui vous plaise vraiment. Vous savez être déculottée seulement quand vous êtes suffisamment mise en confiance par un mec qui vous attire.

    Je trouve que c'est assez vrai... Vous voulez faire le test ? C'est par ici :-)

    http://www.cosmopolitan.fr/,test-sexo-etes-vous-suffisamment-de-culottee-avec-les-mecs,2126,1402407.asp?xtor=EPR-1


    votre commentaire
  • Il est doux, tendre, attentionné. Il est intelligent, profondément gentil. Il a un sourire lumineux. Il m’a déjà fait deux jolies surprises en seulement 10 jours. Quand je suis près de lui, je me sens juste bien. Sereine. Je suis fière qu’un homme aussi brillant que lui s’intéresse à moi. Il m’a dit de si jolies choses. Je serais d’après lui, l’ange dont parle sa culture. Celui qu’on a tous et qu’on finit un jour par croiser au hasard de sa route. Il est persuadé que je suis son ange car dit-il « depuis que je t’ai rencontré, il ne m’arrive que des belles choses ».

    Il est un peu comme dans une sorte d’urgence de vivre. Il dit ce qu’il ressent sans tabou et c’est ainsi qu’il m’a déjà écrit son premier « je t’aime »… Tout ça en même pas un mois depuis que nous avons commencé à échanger autrement que sur le registre professionnel. Ca me perturbe. Beaucoup.

    J’ai beau me dire que tout ça ne nous mènera probablement nulle part, j’ai beau me répéter « à quoi bon ? ». Je sais aussi que les moments de bonheur et de bien-être ne sont pas si fréquents. J’ai le sentiment de vivre quelque chose de rare qu’il ne faut pas laisser passer et en même temps je culpabilise de cette situation qui n’a pas encore eu le temps de s’installer.

    Ceci étant, je suis toujours dans le doute et la souffrance à la maison. Ce qui finit de me convaincre, c’est que les historiques de navigation de l’homme disparaissent curieusement. J’ai perdu la confiance mais je n’ai plus la force de fouiner, de chercher. Je n’ai plus envie de savoir. Je n’ai surtout plus la force de savoir. Alors, avoir un « ailleurs » moi aussi, m’aide à supporter le fait qu’il poursuit peut-être lui aussi son ailleurs avec cette pétasse de merde. Tout ça est un gloubi-boulga sans nom.

    Tout ce que je sais, c’est qu’attendre une réponse de sa part à mes textos est une torture interminable. A chaque fois que l’enveloppe de mon téléphone s’allume, c’est au contraire un joyeux bazar dans mon petit cœur. Je crois bien que je mérite un peu de douceur. Alors je vais la prendre là où elle est. Qu’importe si je dois en souffrir un jour, puisque je souffre déjà.


    4 commentaires
  • Je ne sais pas du tout comment les choses ont pu basculer si vite. En une dizaines de jours, tout a changé entre cet homme et moi. Il m’a soudainement fait une déclaration des plus touchantes, un soir de concert où il m’a invitée.

    Je suis touchée, émue par tout ce qu’il m’a dit. Qu’il n’avait pas ressenti ce genre de choses depuis 15 ans, qu’il trouve que je suis une femme « à part », que je suis différente, belle, généreuse et pleine de talent. Que je suis une femme à qui on a envie de « faire des surprises » (et il m’en a fait une deux jours après).

    Il m’a timidement embrassé en me disant "voilà, il fallait que je te le dise" et, depuis, son image est restée imprimée dans mon cerveau comme un fond d’écran… Je ne sais plus quoi penser de tout cela. Je sais juste qu’il a déjà sa vie et moi déjà la mienne. Je sais juste que partager un simple moment avec lui à discuter autour d’un chocolat chaud me fait du bien. Je sais juste que je suis probablement une bulle d’air dans sa vie un peu difficile en ce moment.  Je sais juste que nous n’allons pas nous voir pendant les 15 prochains jours, voire 3 semaines et que cela me semble déjà être une éternité.

    L’avantage est que cela va permettre à chacun de nous de prendre certainement un peu de recul face à ce tourbillon qui est arrivé si soudainement. Je ne m’attendais pas à ce qu’il réagisse ainsi, pas si vite en tous les cas. Je suis touchée qu’un homme aussi brillant me trouve autant de qualités.

    Je ne m’étais pas totalement trompée ceci dit ;-) Il n’embrasse pas mal, loin de là, mais il y a bien une certaine gaucherie dans sa manière de s’y prendre, un peu déstabilisante parfois. Et puis me retrouver brutalement si près de lui, presque intime alors que nous n’avions eu que des relations professionnelles et amicales me perturbe beaucoup. C’est très étrange. Très troublant. A la fois j’ai très envie de me laisser glisser sans retenue dans cette relation dont les contours sont à définir et à construire et en même temps, je ressens une gêne, une culpabilité face à cette situation improbable. C’est un nouvel homme que je découvre. J’ai envie d’en savoir plus… Il me manque déjà, c'est terrifiant.


    votre commentaire