• Se lever sans trop de difficultés.

    Embrasser fort les enfants avant de les laisser à l'école et les trouver formidables.

    S'émerveiller en chemin devant un bel arc-en-ciel.

    Retrouver avec plaisir les collègues du bureau.

    Trouver dans ma boite en arrivant un merveilleux message d'amour, tout doux.

    Et si 2014 s'avérait être un bon cru ?


    2 commentaires
  • Fin d'une année particulière.

    Celle où après les orages de 2012, j'ai trouvé un apaisement dans les mots d'un autre, celle où j'ai mis mon couple sur le billot, prête à tout remettre en questions, celle où mon homme a (enfin) pris conscience que je ne lui suis pas acquise et qu'il faut faire des efforts quand on aime.

    De mon côté, même si j'ai espoir que l'amour renaisse de ses cendres, je continue à rester sur mes gardes. Mon homme s'est fendu du plus beau cadeau qu'il pouvait me faire et qu'il ne m'a jamais fait en 20 ans. J'ai mis plusieurs minutes à réaliser qu'il ne s'agissait pas d'une blague. Ma réaction mesurée a du le décevoir, mais tant pis. Je n'arrive pas à sauter de joie, je ne vais pas me forcer non plus.

    Mon "autre" m'a offert un joli noël aussi, à la mesure de ce que nous pouvons partager bien entendu. J'étais à deux doigts d'annuler notre rencontre, je n'en avais pas vraiment envie, tiraillée par cette angoisse oppressante de me faire surprendre, de plus en plus pesante et présente à mon esprit. Mais une fois dans ses bras, j'ai tout oublié. Ce moment fut si doux, si bon, si intense. Un délice.

    Deux hommes dans ma vie. Peut-être que mon équilibre est là... Je n'en sais trop rien.

    Je n'ai d'autre résolution pour 2014 que d'avancer tout doucement sur ce chemin escarpé de l'amour, préserver ma famille et profiter des jolis moments que la vie peut m'offrir.

    Côté boulot, j'en ai assez de me battre. Je considère qu'à ce jour, j'ai largement fait mes preuves. Je ne veux plus me débattre pour des pécadilles. S'ils veulent que je continue à me défoncer, ils sauront où venir me trouver. Sinon, je suivrai mon petit bonhomme de chemin, tout doucement, en essayant d'arrêter de prendre tout ça trop au sérieux. Je dois prendre du recul et cesser de me rendre malade quand les choses n'avancent pas comme je le voudrais. Je n'ai aucun moyen à ma disposition. Je ferais donc avec ce que j'ai. Donc peu.

    Je n'avais aucune envie de "fêter" le jour de l'an. Nous nous sommes contentés d'un bon petit repas en famille, devant un film pour les enfants. Je me sens un peu blasée, lasse, fatiguée. Je n'aspire qu'à du calme et de la sérénité pour cette nouvelle année. C'est également ce que je souhaite à tous les bloggueurs qui passeront par ici.

    Bonne santé à tous,

    A très vite.

     


    3 commentaires
  • Mon corps est tendu, raide, bloqué. Chaque parcelle a sa dose de douleur. Le cou, les épaules, le dos, les bras, les mains, les doigts les chevilles. Et même entre les côtes. Je ne respire plus. Je suis tendue. Je m'interroge. Je me dis que cette histoire ne sert à rien, ne mène nulle part, que je ne veux plus mettre mon couple en danger, que je peux me passer de cet autre.

    Mais quand je le vois, quand sa main effleure ma joue, quand son corps se colle au mien, mon coeur s'envole, mes sens s'emballent, ma peau frémit. Je m'imagine parfois cette "autre vie". Mais j'ai du mal à la confronter à la réalité d'un quotidien, d'une famille recomposée, de problèmes d'argent etc... Ca ne me fait pas plus envie que ça. Ca me fatigue même d'avance.

    J'ai surpris deux fois déjà mon homme s'emparer en douce de mon téléphone pour fouiner dans ma messagerie. Je ne dis rien, comme si je n'avais rien vu. Si ça peut le soulager. Mais cette atmosphère de suspicion est difficile à supporter. Moi-même parfois je m'interroge sur les "retours" possibles de l'autre pétasse. Et j'ai eu si peur l'autre jour de le perdre quand il a compris que nous nous étions "revu".

    Je me dis que comme ça on est quitte.

    Je me dis que ça ne pourra pas durer ainsi toute la vie.

    Je me dis que d'autres tiennent ainsi depuis si longtemps. Les exemples d'amies qui ont une double vie dans mon entourage ne manquent pas.

    Je me dis que la vie c'est un peu compliqué. Je me dis que JE suis compliquée. Je me dis que mon esprit est compliqué et que j'ai du mal à me suivre moi-même.

    Citation chinoise : "Ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter."


    votre commentaire
  • Toutes mes vieilles douleurs, que j'ai mis tant d'années à faire disparaître, viennent de réapparaître tout d'un coup, d'un seul, un matin. Toutes à la fois. Le dos, le cou, mais surtout ces douleurs dans les mains qui n'aident pas dans la gestion du quotidien et la cheville, handicapante pour profiter pleinement de la danse... Toute cette raideur du corps contre laquelle je dois lutter à nouveau chaque matin.

    Je n'ai pas envie de retrouver tout ça...


    votre commentaire
  • Juste en passant, vous dire que je ne suis ni morte, ni envolée...

    Juste vous dire que la vie poursuit sa route.

    Juste vous dire qu'un orage est passé encore, mais que l'homme poursuit ses efforts, même si je sens l'angoisse monter dés qu'il se laisse aller dans ses moments "naturels" de colère insupportables pour moi.

    Juste vous dire que "mon autre" n'a pas totalement disparu. Qu'il se fait plus discret, mais continue d'être là, tout près. Qu'il est "fou de moi" et prêt à tout pour garder un petit bout de moi. Qu'il est vraiment un homme merveilleux et qu'il m'apporte beaucoup. Même si je ne me sens pas (encore ?) assez "folle de lui" pour envisager de mettre à sac toute ma vie pour la refaire avec lui.

    Juste vous dire que j'ai partagé avec lui il y a quelques jours une merveilleuse nouvelle parenthèse, mais troublée par cette nouvelle angoisse et cette sensation de trahison que je n'avais pas avant les "changements de comportements" de mon mari.

    Juste vous dire que même si je suis un peu perdue, un peu absente, un peu déboussolée, je ne vous oublie pas.


    6 commentaires