• "Le seul moyen de se délivrer de la tentation, c'est d'y céder"
    Oscar Wilde.

    Je suis tombée par hasard hier sur cette citation en allumant ma télé...

    A vos commentaires...


    3 commentaires
  • Mon petit prince a consulté aujourd'hui à 12.33 une carte virtuelle que je lui avais envoyé pour la Saint-Valentin, juste avant les quelques jours que nous avons passés ensemble...

    Je ne devrais pas savoir ce genre de choses mais... la consultation de la carte génère automatiquement un message type "Bonjour, Nous avons le plaisir de vous informer que la carte "Dans un baiser... (Musset)" que vous avez adressée à petit@prince.com vient d'être lue etc". Apparemment, le site délivre ce message à chaque consultation de la carte... même plusieurs mois après...

    L'animation de la carte disait "partons dans un baiser pour un monde inconnu" Alfred de Musset. C'était de circonstance puisque nous allions nous retrouver à l'étranger, tous les deux, pour trois journées rien qu'à nous...

    Le message que j'y avais joint "Bientôt, bientôt, un voyage loin de tout, loin de tous, rien que toi et moi, enlacés... "

    J'imagine l'état dans lequel il doit être en ce moment, à relire sans cesse tous nos e-mails... Je suis presque certaine que, malgré ce qu'il m'a dit lors de notre dernière discussion-rupture (j"e vais faire le maximum pour t'éviter, alors s'il te plait essaie d'en faire autant"), il doit, comme moi, être connecté en permanence à Yahoo en mode invisible... Et je ne peux rien faire...


    1 commentaire
  • Mon tour au parc a été très rapide... Juste assez long pour voir, en arrivant, sa voiture, garée sur le parking. Une éventualité à laquelle je m'attendais. Deux solutions : m'arrêter, faire un tour dans le parc et avoir de grandes chances de le croiser. Et, si je ne le croisais pas, il aurait pu voir ma voiture avant de repartir et m'aurait peut-être attendue... Ou repartir immédiatement. Je n'ai pas réfléchi très longtemps. J'ai fais demi-tour... Dites-moi que c'était ce qu'il y avait de mieux à faire... Après tout, j'ai respecté ainsi l'une de ses dernières paroles à mon égard qui était "Je vais essayer de t'éviter au maximum, alors s'il te plaît, essaie d'en faire autant". Je sais qu'au fond de lui, il aurait probablement été heureux de me voir aujourd'hui. Mais heureux combien de temps ? Quelques secondes tout au plus... Parce qu'après, le voir oui. Le serrer dans mes bras, oui. Mais on ne peut plus se parler sans se faire de mal. Et lui donner autre chose, je ne peux plus, je ne peux pas. Je n'ai plus le droit de lui donner de faux espoirs. Il vallait mieux que je m'en aille...


    votre commentaire
  • Voilà deux matins que je ne vois pas sa voiture sur le parking de sa boite. En allant chez ma comptable ce matin, j'ai même fait un détour sur ce parking (en partie caché depuis la route), pour en avoir le coeur net. C'est dire. Ca me travaille...

    Depuis vendredi et notre rupture à retardement, je m'inquiète plus encore pour lui. Vendredi soir, il m'a envoyé un dernier message par texto "Impossible de trouver le sommeil... des images de toi plein la tête... Tu me manques... mais ça, tu le sais". Je n'ai vu ce message que lundi (vous saurez que j'utilise très peu mon téléphone portable. Il est très souvent éteint... ou déchargé). Je n'y avais donc pas répondu.

    De toute façon, que répondre...

    Il fait soleil aujourd'hui. Un beau soleil avec un grand ciel bleu... Un temps parfait quand nous décidions d'aller nous ballader au Parc ensemble. C'était un temps idéal. C'est un temps idéal. Envie d'y aller faire un petit tour...


    1 commentaire
  • Hier soir, j'ai annoncé à mon Homme que je m'étais fait à nouveau prescrire la pilule. Je ne la prend plus depuis presque un an car nous pensions, au moment de nous marier, mettre en route un bébé après notre voyage de noce (prévu en juin). Enfin, IL pensait. Parce que moi, déjà à ce moment là, je ne me sentais pas encore prête. Mais je pensais que ça allait venir... Alors, pour éviter tout risque de fausse couche et surtout pour me préparer psychologiquement, j'avais arrêté d'avaler cette petite chose. Aujourd'hui, compte tenu de mon aventure, de mes doutes, de mes angoisses... Je ne me sens toujours pas prête... Et je ne le sens pas prêt à assurer non plus (cf. sa réaction à ma gastro). Cette annonce l'a d'abord fait sourire, il l'a pris en plaisantant, en me disant, "ça ne sert à rien de la reprendre maintenant vu qu'après le voyage, on va s'y mettre etc...". Quand je lui dis que je n'en veux pas tout de suite, il me répond que de toute façon, le temps que ça marche et le temps de conception, le bb ne sera pas là avant un an encore... Ce sur quoi j'insiste et j'affirme mon non. Pour une fois, je ne céderais pas. J'ai déjà cédé à la vie ici, à la maison de campagne etc... Bref, je ne vais pas me répéter. Alors, là, non. C'est un choix de vie trop important pour que je me lance juste "parce que c'est le moment". C'est le seul argument qu'il ne cesse de me répéter. Bien sûr, mon horloge biologique et tout le tralala, me travaillent aussi. Je fais des rêves de bébé, j'adore en prendre dans mes bras, leur faire des papouilles etc... Et je suis persuadée que c'est le plus grand bonheur de toute une vie. Mais, là, je ne le sens pas. Même si j'en ai envie. C'est un peu contradictoire peut-être, je ne sais pas trop. Je pense que je suis prête, mais que tant que ma vie ne sera pas satisfaisante, je n'y arriverais pas. Je n'ai pas envie de faire un enfant pour remplir le vide de ma vie (même si la formule est un peu forte). Parce qu'après, on fait moins de choses avec un enfant. Alors, je voudrais profiter avant... Et ça, mon Homme ne comprend pas parce que pour lui, notre vie est entièrement satisfaisante...


    1 commentaire