• Ben voilà. J'ai repoussé le plus longtemps possible le moment fatidique où j'allais devoir me laver la tête après mon passage chez le coiffeur.

    Un joli balayage. Un petit dégradé... J'aimais bien le résultat.

    Mais hier, il a quand même bien fallu que j'y passe. Et le résultat est que ça ne ressemble plus à grand chose. Mes cheveux sont à nouveau vaporeux et sans forme. Je suis nulle en brushing. Et du coup, j'ai encore l'impression d'être sans vraie coupe... Help ! Faut que j'investisse dans quoi ? Un produit lissant ? Quoi ? Un shampoing lissant ? Lequel ? J'ai troqué il y a un an déjà mon bon vieux Respons au miel qui alourdissait mes tifs contre un shampoing Dessange régulateur bla bla bla. C'est déjà beaucoup mieux. Ils sont plus légers. Mais ça suffit pas encore. Heaven, quelques conseils ? Pour mon problème de brushing, je pense « investir » dans un muliplaques vapeur (plaques en céramique bien entendu). Babyliss probablement. Bon. Après tout, y'a pas de raison qu'on ne puisse pas encore améliorer tout ça, hein ?
     J


    10 commentaires
  • Ils tombent par poignées, comme chaque année à la même période.

    J'en sème.

    Partout.

    Vêtements.

    Oreiller.

    Lavabo.

    Douche surtout.

    Vite, du Destop...

    2 commentaires
  • Le coiffeur en question a commencé à mettre en œuvre sa méthode spéciale, novatrice et soi disant reconnue par la profession, en me dévisageant, en regardant la forme de mes bijoux, de mes chaussures et en me sortant un discours incompréhensible sur le fait que j'étais une femme rond carré, carré rond etc. C'était un vrai charabia et j'avais l'impression que c'était surtout un peu du foutage de gueule, mais je me suis dit il faut bien un peu de folklore, lui, il doit savoir de quoi il parle, c'est l'essentiel. Vient le moment de la coupe. J'avais choisi une dizaine de photos pour lui montrer ce que j'aimais et ce que je n'aimais pas. A partir de là, il devait décider de ma coupe. Je lui demande. Il me répond évasivement, sans m'expliquer ce qu'il va faire, en précisant seulement qu'il ne va pas trop couper d'un coup parce que mes cheveux sont très long et qu'il ne faut pas créer de choc psychologique. Bon. Pourquoi pas. Je laisse faire. Il coupe un peu par ci par là. Fait un brushing et tout fier de lui, me montre le résultat dans ses différents miroirs. Je ne vois rien. Enfin pas grand chose. En dehors de l'effet brushing, il n'a semble t'il pas coupé grand chose. Ce n'est pas vraiment une coupe, mais bon, je ne remarque pas encore le détail qui tue. Je paie, un peu déçue moi qui était prête à changer de tête, et pars faire quelques photos d'identités pour mettre à jour mon CV. Et là, quelle ne fut pas ma surprise, en me découvrant sur le photomaton... Deux trois mèches dépassaient de plusieurs centimètres sur le devant et donnaient l'impression que je m'étais coupée les cheveux moi-même. C'est d'ailleurs la remarque que m'a faite une copine qui passait me voir ce jour là, indignée du résultat et me poussant à la révolte. Me révolter contre un coiffeur ? Non... Enfin... Pour quoi pas... L'après-midi même, je rappelle, faisant part de mon insatisfaction. On me demande de revenir, pour égaliser tout ça. Je me mets en condition. Ce que je veux, c'est qu'on me rembourse. J'ai vraiment l'impression de m'être faite complètement avoir. Le coiffeur insiste pour égaliser. Je lui dis que je ne veux plus qu'il touche à ma tête et que je veux qu'il me rembourse. Je le vois venir de loin avec ses gros sabots. Je coupe les mèches qui dépassent et toi tu rentres chez toi, on n'en parle plus et adieu le remboursement. Faut pas me la faire. Je lui précise qu'il n'a fait aucun travail sur moi si ce n'est un massacre, que sa méthode, c'est du bidon et que même s'il m'égalise, je tiens à ce qu'il me rembourse pour pouvoir aller chez un autre coiffeur faire corriger tout ça. Il est mielleux. Me coupe ce qui dépasse. Essaie de me calmer en m'envoyant tout un tas de compliments. Je fais un gros effort pour rester énervée. Ne pas sourire. Ne pas me détendre. Et dès qu'il a terminé, je réclame mon dû avant de partir. Il est très étonné d'abord, puis très en colère. Révèle son vrai visage d'arnaqueur et m'envoie presque des insultes. Merde, 350 balles pour un massacre ça commençait à faire cher, surtout que j'étais au chômdu et qu'il fallait que je réitère l'opération chez un autre coiffeur... alors je lui tiens tête. Commence à faire scandale au milieu du salon et des autres clientes qui arrivent au fur et à mesure. Il cède et finit par me rembourser la coupe, mais pas les soit disant conseils visagistes. J'ai remporté ma bataille. Je repars regonflée et je ris encore aujourd'hui de cette aventure.

     

     


    7 commentaires
  •  

    Aujourd'hui est un grand jour : j'ai rendez-vous chez mon coiffeur. Oui oui Mon coiffeur. Le mien. Vraiment. J'ai mis des années à en trouver un en qui je puisse avoir confiance et encore aujourd'hui, je m'y rend suffisamment rarement pour que ce fait soit souligné. Ce n'est pas encore devenu une habitude.

     

    Il faut dire, que pendant des années, j'ai détesté tous les coiffeurs de la terre. Quelques mauvaises expériences m'avaient définitivement vaccinée contre cette profession. D'abord, ma première fois. Comme toute première fois, elle est marquante. Je devais avoir 8 ans. J'avais de très longs cheveux. Je voulais de belles boucles anglaises. Un peu comme lorsqu'on se met des bigoudis la veille d'un mariage. On ne m'a presque pas écouté. Ecouter un enfant, à l'époque surtout, à quoi bon ? Je suis ressortie complètement terrifiée, avec une chevelure de caniche et toute ma longueur coupée. J'avais honte. Je ne voulais pas que mes camarades me voient comme ça. J'ai passé des mois après chaque shampoing, à tirer sur mes cheveux pour atténuer cette affreuse permanente. Pendant des années après, je n'ai plus mis les pieds chez un coiffeur. J'y suis retournée peu à peu. Pour couper un peu la longueur. Pour faire quelques mèches. Blondes. Rouges une autre fois. De petites touches. De petits essais. Et puis un jour, je décide de me rendre chez un visagiste. Je me dis un visagiste au moins, il saura me conseiller et me faire changer de tête. J'en avais assez de mon coté un peu Mona Lisa. Je voulais couper tout ça, avoir un look plus dynamique, mais je ne savais pas trop comment. Et puis là aussi, je venais de me retrouver au chômage et je trouvais motivant de se faire une nouvelle tête à cette occasion, pour mettre plus de chances de mon côté dans ma recherche. J'épluche l'annuaire (grosse erreur, mais là encore, peu de personne ici dans mon entourage pour me conseiller un bon coiffeur) et en sélectionne un qui a manifestement reçu des prix et touti quanti.

    1 commentaire
  • RDV ANPE.

    Atelier C.V - histoire de lui refaire une beauté - et Bilan de Compétences, histoire de voir si je suis susceptible d'évoluer vers des postes un peu différents. Voilà le programme de ces prochaines semaines.

    Une piste sérieuse pour un job vient de tomber à l'eau, du moins pour le moment.

    Bouh.

    Faut que je reprenne du poil de la bête... La bête ? Un ptit loup pour finir la semaine ? Hum... Pourquoi pas.


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique