• A y est. Connexion internet rétablie au boulot.
    Presque 15 jours de coupure, ce fut une torture ! D'autant plus que j'étais
    complètement seule pendant cette période (même notre prestataire informatique
    était en vacances, d'où le souci, et je n'avais pas le pouvoir de décider de
    faire intervenir quelqu'un d'autre puisqu'aucun responsable ne pouvait valider
    les devis qui m'ont été transmis...). Bref, je n'ai malheureusement plus le temps
    d'en profiter vraiment. Celle que je remplace vient de rentrer j'ai donc pas
    mal de boulot avec elle pour lui « re-transmettre » toutes les infos
    sur les dossiers en cours. Et dès lundi, mon autre collègue rentre de vacances.
    Je n'aurais donc plus de PC pour les 3 jours qu'il me restera à faire... Bouh :-(

    Petit
    récap' de ces derniers jours...
    <o:p />




    5 commentaires
  • Dans ma méthode de recherche d'un nouveau job, il y les réponses à des petites annonces bien sûr, les candidatures spontanées bien évidemment, le réseau de relations à activer régulièrement et il y a ce que j'appellerai les "entretiens spontanés"... Une copine à moi appelerait plutôt ça des entretiens "au culot". Mais moi je ne trouve pas que ce soit particulièrement "culotté"... Juste pro-actif. Je repère des boites potentiellement intéressantes avec un service qui correspond à mes compétences (mine de rien, il n'y a pas beaucoup de structures ici qui ont ce genre de service) et j'essaie (souvent à plusieurs reprises) d'entrer en contact par téléphone avec le responsable qui m'intéresse. Surtout ne pas envoyer de CV avant. C'est par téléphone que tout se joue. Il ne faut pas avoir l'air d'une chômeuse en quête désespérée d'un boulot. Si on commence son argumentaire par "bonjour, je suis actuellement à la recherche d'un emploi et..." vous n'irez pas plus loin. Mon argument est à la fois celui de la curiosité (ou de l'intérêt si vous préférez) vis à vis de l'entreprise en question et de ce que la personne responsable du service qui pourrait être le mien fait concrètement dans son boulot. J'explique ensuite, bien entendu, que je cherche du boulot mais que je suis bien consciente qu'il n'y en a pas actuellement chez eux. Et que malgré tout, je suis très intéressée pour les rencontrer parce que vraiment, j'aimerais mieux les connaître et avoir l'occasion également de me présenter à eux. Au cas où dans quelques mois un besoin viendrait à surgir. Et bla bla bla, et bla bla bla. Généralement, cela fonctionne assez bien. Pas à tous les coups bien sûr. Surtout si je n'arrive pas à joindre la bonne personne en direct. Dans ce cas, c'est plus difficile, voire impossible.

    Par exemple. Pour l'entretien de ce matin. J'ai découvert la boite en question à travers une petite annonce. Pour un poste auquel je ne correspondais pas, certes, mais qui décrivait une activité que je ne soupçonnait pas dans cette ville et je voulais en savoir plus. Je les ai donc contacté. Plusieurs fois. Car la personne cible était absente. Absente longtemps pour hospitalisation. Et puis j'ai trouvé du boulot entre temps. J'ai laissé passer quelques mois. Et là, il y a 15 jours, j'ai réactivé ce contact. Je suis enfin tombée sur la bonne personne. Et j'ai décroché un entretien. Ce matin.

    L'activité de l'entreprise est intéressante. Mais aucun poste ne correspond vraiment à ce que j'ai fait auparavant. Difficile de se "vendre" dans ces conditions. Surtout face à ce petit vieux ventripotent, balancé en arrière sur sa chaise les bras croisés derrière sa tête (hum, difficile d'appliquer mes quelques rares notions de PNL face à ce genre d'attitude). Mais globalement, cela s'est bien passé. Pas d'embauche à court terme. Mais des projets alors peut-être... Dans quelques mois. J'ai moyennement apprécié le "a bientôt je l'espère" de ce bonhomme pas très alléchant. Mais pas de décolleté dans lequel loucher. Donc, pas de malaise. Un de fait, un de plus. Un entrainement utile et efficace pour être prête le jour où je serais face à un recruteur pour THE job.

    2 commentaires
  • Mme Tout le monde s'est prise par la main et s'est enfin décidée à faire physiquement le tour des agences d'interim de la ville. CV et papiers, motivation remontée à bloc. Fin de journée. Déprimée. « Pas de poste correspondant à votre recherche », « trop diplômée pour des missions d'assistanat », « votre CV va faire peur à nos clients si vous laissez apparaître trop clairement le nom de votre métier »... Je sens que l'intérim ne pourra m'ouvrir que des portes qui vont m'enfermer dans des boulots où je vais m'ennuyer... Mais ai-je vraiment le choix... Mon banquier commence à faire la gueule. Et moi avec.

    2 commentaires
  • Un coup d'oeil inquiet sur le relevé de mon compte. Attente fébrile du virement de mes Assedics (mon dieu, je ne pensais pas un jour en arriver là... Je me trouve pitoyable). Internet, c'est pratique. Je peux savoir tout de suite. Versé le 4 février (pour le mois de janvier), découvert comblé et frais de découvert par dessus le marché, il me reste... 258 euros. Pour tenir un mois avec ça, ça va pas être simple, malgré le salaire de mon homme. Avec les travaux, les factures, les invités... lui aussi était à découvert.

    Les travaux. Dernière ligne droite. Dieu qu'elle est longue cette dernière ligne droite. Je n'en vois plus la fin. Je refuse l'option "tant pis, on emménage dans notre chambre et on finira les peintures et la salle de bains plus tard". Non. J'en ai assez du provisoire. Déménager du bas de la maison pour s'installer en haut dans du "encore pas fini", je n'en vois pas l'intérêt. Et puis... le provisoire qui dure je connais par coeur. Je ne mettrais donc mon c.. dans cette piaule QUE lorsqu'elle sera terminée.

    "Bon allez titi. Arrête de te plaindre là, t'es chiante. Dans un mois ça ira mieux. Tu vas dégotter ce CDD de merde histoire de renflouer tes comptes et après tu pourras respirer. Oui, bon, pour tes rêves de luxe ok, tu repasseras plus tard. Chaque chose en son temps princesse."

    1 commentaire
  • Ma cuisinière est en train de me laisser tomber. De plus en plus difficile de cuisiner avec du matériel de merde. J'en suis réduite aux plats au four vu que les brûleurs s'arrêtent de fonctionner les uns après les autres.
    Mme tout le monde s'énerve.

    Mes candidatures atteignent les sommets des 200 en 5 mois. Et toujours rien.
    Mme tout le monde commence à désespérer.

    Dans moins de 2 mois, j'aurais 30 ans. Je suis raide. Mon homme est raide. Il n'est pas doué pour les surprises et je sens que je vais passer la soirée de mes 30 ans, dans le canapé, devant une débilité. Comme tous les dimanches soirs...
    Mme tout le monde sent la déprime pointer son nez.


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique