• ...Pour la quatrième fois, la date de démarrage de mon contrat est décalée. Je n'ai su qu'à 19h hier que, finalement, le séjour à Paris (enfin, à côté de Paris) serait reporté à la semaine prochaine pour tout un tas de raisons. Je vais néanmoins commencer à travailler plus ou moins de chez moi cette semaine. Je suis censée recevoir de la documentation sur la société, ses objectifs etc. De la lecture donc. Et devrais assister à une réunion vendredi matin. Démarrage en douceur donc, mais qui, à force d'être décalé perd un peu de sa saveur. D'autant plus que si les choses avaient été claires dès le départ 1) j'aurais pu passer une semaine de plus dans le sud pour profiter de mes parents, ma soeur et mes amis... Ce qui aurait été loin d'être un luxe (et dire que ma meilleure amie a accouché de son deuxième et que je ne l'ai toujours pas vu...) 2) nous n'aurions pas payé aussi cher notre billet d'avion pour l'Angleterre ET nous y aurions passé 4 jours au lieu de 24h 3) je ne me serais pas précipitée chez le coiffeur et j'aurais réfléchi un peu plus avant de lancer un "allez y, coupez, faut alléger tout ça histoire d'avoir un look plus dynamique" (et c'est qui qui ne ressemble plus à rien du tout aujourd'hui ?).

    Bref. Regardons le côté positif des choses. 1) j'ai gratté quelques grasses matinées supplémentaires 2) je vais pouvoir répondre à l'appel de mon petit prince et le rencontrer aujourd'hui même pour faire la mise au point dont il a besoin 3) Heu... J'sais pas. Faut que je réfléchisse encore un peu là...

    2 commentaires
  • J'attends. La date de démarrage de mon contrat a été modifiée trois fois. Les locaux ne sont pas prêts, nouvelle société oblige. Je suis censée commencer demain. Demain certes. Mais je ne sais pas encore où et à quelle heure. En effet, le siège étant près de Paris, on m'a suggéré qu'il serait possible que je commence par 3 jours là-bas en attendant que les travaux ici soient terminés. C'est aussi l'occasion de rencontrer l'équipe qui s'occupe au niveau national de ce que je devrais gérer sur le plan départemental. Très bonne idée. Soit.

    Il est 10h et je n'ai pas de nouvelles. Dois-je faire mon sac ? Dois-je m'occuper moi-même de la réservation SNCF ? (par précaution, c'est fait). Je ne veux pas passer pour une fille flippée qui s'inquiète pour un simple déplacement de trois jours alors je n'ai pas appelé hier en fin de journée. Mais je crois bien qu'à midi, je serais dans l'obligation de "rappeler à l'ordre" ce boss qui n'a apparemment que faire des détails pratiques dont j'ai pourtant besoin.

    Merde quand même. Un premier jour, c'est déjà quand même un peu stressant. Alors là, même si j'ai décidé de ne pas "m'en faire", je n'ai pas envie non plus d'agir dans la précipitation. Non mais.

    3 commentaires
  • Jamais je n'aurais pensé faire un jour, à mes frais, un voyage aussi court à l'étranger. Mais l'annonce, très tardive, du mariage de notre cousine anglaise, nous a conduit à organiser en quelques semaines ce déplacement inattendu.

    Au départ, nous envisagions d'en profiter pour y rester 3-4 jours, (malheureusement, loin de Londres...) et se dépayser un peu. Ne serait-ce que pour amortir le coût du billet. Et puis pour avoir plus de temps pour partager des choses avec cette partie de la famille qu'on ne voit pas assez souvent. Mais les dates de démarrage de mon contrat, initialement prévue à mercredi dernier, puis à aujourd'hui, nous ont contraint à opter pour un voyage express, juste le temps de la soirée (et dire que vendredi, j'ai finalement appris que je ne commencerais que ce mercredi, Grrrr, on aurait pu rester quelques jours !!!). Ca me fait vraiment bizarre de me dire « tiens, ce week-end, j'ai passé la soirée à XY, en Angleterre. Partis samedi matin, rentrés dimanche après-midi, j'ai du mal à réaliser. Ca paraît si facile de voyager. Ca me donne envie de recommencer, encore et encore. Je préfère ne pas penser à ce que cette soirée nous a coûté. Tant d'argent pour quelques heures, surtout dans notre situation, ça me fait tourner la tête. Mais la joie, sincère et profonde de notre famille anglaise, très touchée que nous ayons réagi si vite et que nous ayons fait ce voyage rien que pour eux, rien que pour être avec eux et partager ce moment unique dans une vie, nous touche aussi très fort. Je ne regrette pas le voyage.

    Quand est-ce qu'on recommence ???


    13 commentaires


  • 11/08/09



    Entretien
    de recrutement. Ils cherchent une assistante de direction. Le poste ne
    m'intéresse pas mais je sais qu'il y a d'autres perspectives. Je joue donc le
    jeu car je suis "recommandée" par une de leurs connaissances. Je me
    présente, mon parcours, mes expériences, mes acquis. Rapidement le recruteur se
    rend compte de lui même que le poste d'assistante pour lequel il me reçoit est
    un peu trop étroit pour moi. Il commence donc à me parler d'un autre poste, qui
    ne sera ouvert que dans quelques mois, mais qui correspondrait mieux à mon
    profil. Ils évoquent la possibilité de me prendre comme assistante les 3
    premiers mois car c'est ce dont ils ont besoin immédiatement, dans l'urgence,
    pour me basculer sur cet autre poste dès qu'il sera "ouvert".Tout
    se passe bien. Au moment de la question fatidique des "prétentions"
    je me dis qu'il faut absolument tenter le tout pour le tout. De toute façon, si
    je vise trop bas et qu'ils m'embauchent au départ comme assistante, rien ne me
    garantit qu'au moment où le job de responsable sera ouvert, ils me le
    confieront. Par contre, si je suis trop "cher payée" pour un simple
    boulot d'assistante, ils auront tout intérêt à me confier plus de
    responsabilités dès que possible. Je n'ai donc rien à perdre. Forte de ce
    constat, c'est avec sourire et assurance que je pars sur les prétendues bases
    de mon salaire précédent (en gonflant le brut de 200 euros ;-)) et
    termine avec le souhait de gagner encore 200 euros bruts de plus (soit au
    final une demande d'un salaire de 400 euros bruts de plus que mon salaire
    précédent, sans parler de l'actuel où je fais limite du bénévolat !).
    L'entretien s'est bien déroulé. Je suis convoquée pour un second entretien,
    avec le directeur de la section où le poste de responsable devrait être créé,
    afin qu'il me présente ce poste là plus en détail et jauge de mes capacités à
    le remplir. Là aussi, tout se passe plutôt bien. Le directeur me dit qu'ils
    doivent réfléchir à leur organisation interne car ils ne pensaient pas au
    départ procéder de cette façon dans la structuration de leur société en
    création, afin de me garantir, s'ils m'embauchaient, de véritablement évoluer
    vers ce poste là et ne pas rester assistante. Bien. On s'est bien compris. 15
    jours à attendre maintenant avant de connaître leur proposition.

     <o:p />




    2 commentaires




  • Calme plat. Ca y est. Je suis entièrement seule à mon
    étage. Invitée à déjeuner hier midi, j'en ai profité pour faire l'école buissonnière et rentrer beaucoup plus tôt que d'habitude pour prendre un
    peu le soleil. Il fallait bien ça avant d'attaquer une rude soirée de
    déménagement. Le couple de copains qui redescend dans le sud nous a sollicité
    pour les aider. Evidemment, ici, ils ne connaissent vraiment que nous. Ils font
    donc appel à nous systématiquement quand ils ont besoin d'aide. Emprunter
    notre voiture pendant quelques jours quand la leur est en panne. Garder leur
    gosse pendant l'accouchement du deuxième. Emprunter notre magnétoscope
    pour faire une copie de cassette. Squatter notre salon un jour
    férié pour recevoir un appel sur un poste fixe (ils n'ont que des
    portables...). Bon, dans l'absolu, tout ça ne me (nous) pose aucun
    problème. On se met à leur place et on considère que, si on peut les aider,
    c'est avec plaisir. Soit. Mais là, franchement, j'avoue, j'ai été
    déçue.

    Quand nous sommes arrivés, j'étais partie pour participer au même titre
    que mon homme, en fonction de mes petites forces et sans trop abuser non plus à
    cause de mes problèmes de dos, mais d'aider quand même, à mon rythme. La
    copine me dit "non, non, laisse les faire, c'est trop lourd, on ne peut
    pas les aider"... Un peu perplexe, je passe une heure à papoter avec elle,
    demandant régulièrement au copain ce que je peux faire pour les soulager un
    peu. Je m'occupe un peu de leur gamine, jusqu'à ce que celle-ci soit couchée. Mais
    même pendant ce temps là où je libère madame qui n'ose jamais laisser sa
    petite ailleurs que dans des bras, elle n'en profite pas pour finir
    d'emballer ou participer d'une manière ou d'une autre à son propre
    déménagement.

    L'heure tourne et je m'inquiète de voir mon homme qui n'a
    pas eu le temps de déjeuner à midi commencer à blanchir. N'y tenant plus, je
    finis par prendre les devants et à descendre toutes les petites choses que je
    peux. Au bout d'un moment, elle finit par suivre mon exemple, à contre coeur.
    Elle croyait quoi ? Qu'on allait tout faire à sa place ? Déjà que j'ai cru
    comprendre au travers de certaines réflexions de son homme qu'elle n'avait même
    rien pris la peine d'emballer. C'est lui qui s'est tapé tout le boulot sous
    prétexte qu'elle n'est pas capable de lâcher ses gosses 3 minutes et que
    "s'occuper des enfants, c'est épuisant". Je plains ce mec. Il m'a
    fait de la peine. Elle a vraiment fini de me décevoir quand j'ai réalisé
    qu'elle n'avait rien prévu, même pas une pizza, pour terminer la soirée. On a
    du se faire des pâtes en rentrant, à 23h. Avant de nous affaler pour sombrer
    dans les bras de morphée. Super soirée.

    Et pour couronner le tout, je lui avais
    demandé de nous tenir informés du bon déroulement de la suite. Car son homme
    prenait la route immédiatement après ces 3h de déménagement (8h de route, seul,
    de nuit, c'est pas rien. Il y avait de quoi s'inquiéter pour lui). Et... Pas de
    nouvelles d'eux depuis. Malgré un texto de ma part. Pfff. Où va le monde,
    hein ? Je vous le demande....




    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique