• Lesbos

    J'aime regarder les belles femmes. Dans la rue, à la télévision ou dans les magazines. J'aime regarder celles qui osent. Qui portent des choses décalées, qui s'amusent avec la mode. J'aime m'inspirer des femmes élégantes, pleines de classe naturelle. J'aime les femmes qui prennent soin de leur apparence mais qui ont aussi autre chose dans la tête que leur prochain rendez-vous chez la manucure. Mais je n'ai jamais été attirée sexuellement par une femme. Jamais jusqu'à peut-être l'année dernière. Probablement à cause de ma fragilité un peu particulière dans mon couple, avec mon amant aussi. Les hommes ne m'apportaient plus assez. J'étais en manque de délicatesse.

    Cours de danse. Vestiaires. Nous arrivons les unes après les autres. Nous nous changeons, sans pudeur, en discutant. Depuis plusieurs semaines, je la regarde. Elle est jeune. Elle a un visage très doux. Une voix très douce. Un corps tout en courbes, une taille fine, deux tatouages discrets qui laissent deviner qu'elle n'est peut-être pas la petite fille sage qu'elle pourrait paraître. Elle est infirmière. En formation. Elle arrive souvent fatiguée de ses journées. Elle est courageuse et fragile aussi. On sent souvent dans sa voix une émotion en racontant les misères qu'elle a croisé à l'hôpital dans la journée. Les soins difficiles. Les papys qui chutent et qu'elle doit relever, la mamy, morte dans ses bras... Tout ça fait d'elle une personne un peu à part à mes yeux dans le groupe. J'ai souvent envie de la réconforter. Elle joue souvent les professeurs à mon égard pour revoir ensemble la chorégraphie de la semaine précédente que ma mémoire a parfois du mal à retenir. Je l'aime bien. Et à plusieurs reprises dans l'année, je me suis surprise en train de m'imaginer la prendre dans mes bras. A plusieurs reprises, je me suis demandée l'effet que ça me ferait si nous nous embrassions. L'effet que ça me ferait de faire glisser mes mains sur un corps de femme, d'embrasser son cou, ses seins, de caresser sa peau, de la respirer... Je me suis demandée si j'y prendrai du plaisir ou pas.

    Fin de l'année. Visionnage du spectacle. Toutes ensemble. Elle arrive un peu en retard. Se place debout derrière moi, me dit bonjour. Et pendant que les images défilent, elle s'amuse avec mes cheveux. Elle glisse sa main sur ma tête. Comme une caresse. Les yeux mi-clos je ne regarde plus vraiment la vidéo. Ce geste me rend presque somnolente. J'ai envie de la serrer dans mes bras. Sourires. L'année prochaine elle ne sera plus là. Elle part poursuivre sa formation ailleurs. Dans ma ville natale. Curieuse coïncidence. Elle me manquerait presque.

  • Commentaires

    1
    heaven
    Mardi 12 Octobre 2004 à 09:34
    je suis comme toi
    le contact physique des filles me manque. Toucher un visage, un sein... on peut pas tout avoir hein ?
    2
    Ange
    Mardi 12 Octobre 2004 à 09:38
    Ne confonds tu pas...
    ... tendresse et désir ? Quoi qu'il en soit, je peux comprendre, j'ai aussi des envies de femme, parfois, quand j'en croise une, plus belle, plus tendre, plus douce que les autres.
    3
    Sélène et Sapho
    Mardi 12 Octobre 2004 à 09:44
    Il est des trésors...
    de tendresse et de douceur que l'on ne rencontre que chez les femmes... aussi hétérosexuelles que nous puissions être, certains plaisirs ne peuvent se partager qu'avec un corps identique au notre... vous eussiez dû gouter... sourire
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :