• Le nouveau

    L'équipe s'étoffe peu à peu. Nous sommes désormais 6. Deux directeurs, deux responsables techniques, moi et... le nouveau.

    9h. Le nouveau arrive et se présente. Il est plutôt plus jeune que les autres, pas mal mais sa façon de parler m'exaspère déjà. Il connaît le projet, c'est grâce à son ancienne société de conseil que celui-ci a soi-disant vu le jour, blablabla, blablabla. En quelques minutes, il a déjà trouvé le moyen de justifier sa présence auprès de tous (il a fait le forcing pour être embauché quand il a eu vent de la création de boite) et se vente d'un portefeuille client qu'il peut réactiver pour notre société etc.

    10h. Après une heure de blabla, j'apprends que lui aussi dépend en partie du même responsable que moi sur Paris. C'est donc lui ma « moitié », celui avec qui je vais devoir faire équipe. Son poste et le mien se chevauchent, bien qu'il soit également en charge d'une autre région. Moi, mi-assistante, mi-« future » responsable du développement, lui, mi-commercial, mi-responsable du développement. Hum hum... on fait comment là ?

    14h. Le directeur arrive. Il lui propose de l'accompagner demain aux rendez-vous (ceux que j'organise depuis deux mois) pour se mettre dans le bain. Je vous signale au passage que, personnellement, j'avais déjà demandé d'y participer pour moi aussi me « mettre dans le bain ». Deux fois. La première réponse a été un « pas tout de suite ». La seconde réponse qui date de la semaine dernière, un mois après ma première requête fut « mais bien sûr, pourquoi n'y ai-je pas pensé plus tôt ? ». Mouais. Et lui, le nouveau, si tôt débarqué, si tôt embarqué dans la tournée. Moi, j'attends toujours de participer à ces foutus rendez-vous.

    17h. Je psychote. J'ai la vilaine sensation que je vais me coltiner le boulot de secrétaire encore un bon moment. De toute façon, il n'y a pas encore assez de boulot dans ce domaine pour embaucher quelqu'un, donc... Un petit tour sur les offres d'emploi. Il n'y a rien. Rien de rien. Je ne peux donc pas prétendre m'envoler vers un ailleurs meilleur. Va falloir que je me bouge. Je sais pas encore trop comment mais je sens qu'il va me falloir beaucoup d'énergie pour défendre mon beefsteak.

    Je n'ai jamais aimé ça, devoir « défendre ma place ». Et qui plus est, face à quelqu'un d'autre, ça ne m'est jamais arrivé. Ca me donne l'impression qu'on ne me fait pas confiance. Bon, si je me mettais au boulot au lieu de blogguer, ce serait un bon début non ?


  • Commentaires

    1
    Mardi 22 Novembre 2005 à 18:45
    Défendre son bout de viande
    parfois ça donne l'impression aux yeux des autres qu'on en veut vraiment, qu'on a du mordant, et ça plait dans le domaine du travail !! Ne baisses pas les bras et montres lui à ce nouveau de quel bois tu te chauffes !!
    2
    MINA
    Mardi 6 Décembre 2005 à 09:22
    avant tout
    marquer son individualité dans la meute, permait de mieux défendre son beefsteak...soit toi même et fonce.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :