• J-2

    L'angoisse monte au fur et à mesure que le jour J approche. J'ai peur de ce que je vais trouver. Je me dis que je ne devrais pas y aller, mais je ne peux pas. Je m'accroche à un minuscule espoir. Si petit, mais bien présent au fond de moi quand même, comme une petite perle, un petit diamant que je chéri, dont la blancheur étincelante continue de m'éclairer de l'intérieur...

    En attendant, je fais du tri dans ses affaires, je range, je mets de côté ce que je pense mettre dans sa valise... Ca m'aide d'anticiper froidement. Je ne sais pas si j'irais jusque là. C'est juste au cas où. J'enverrai peut-être d'abord sans rien dire une copie des mails au mari. Après tout, de ce côté là, je n'ai plus rien à perdre. Oui, si j'ai le cran de continuer à faire semblant de sourire, c'est peut-être ce que je ferais en premier. Procédons par étapes.

    Mais je me connais, quand le volcan déborde, y'a plus d'étapes, plus de demi-mesure, plus rien. Je ne suis plus qu'un ouragan dévastateur. Et je sais que la première à être dévastée, ce sera moi...


  • Commentaires

    1
    John
    Jeudi 15 Novembre 2012 à 16:31
    re.bis
    J'ai tout lu, ou presque, tout, depuis que vous écrivez ce blog, tout, depuis que vous avez décidé de mettre à plat une partie de vous, de votre vie. Tout ce qui est à vous est désormais, en un sens, à moi aussi. Et je vous avouerai que parfois je ne vous ai pas comprise, que parfois je ne vous ai pas approuvé dans vos actes, que parfois je vous lisais vous perdre dans vos travers avec ce sentiment d'impuissance mais l'envie d'agir. Mais il est vrai aussi que souvent j'y ai retrouvé la nature humaine, celle qui nous relit tous, qui nous associe tous a cette existence si belle mais si dure parfois. Vos doutes et vos questions sont aussi mienne. Vos peurs et vos pleurs alimentent la même source. Celle qui fait que malgré tout nous continuons à avancer et cela même si c'est pour nous perdre dans l'immensité de la mer, nous y serons abreuvés. Alors continuez mais écoutez votre cœur qui maintenant se scinde en trois parties. Écoutez votre corps et donnez-lui la chance de n'être qu'une imperfection parfaite pour vous, pour vos enfants. La force et le courage ne sont pas des dons mais bien des dus que la vie nous demande de plus en plus à mesure que les années passent. C'est de cela qu'il s'agit, pas de morale ou de divorce mais bien d'envie et de quête du bonheur. Posez-vous les bonnes questions et vous trouverez en moi une aide à la réponse. Avec tout mes bons sentiments. John.
    2
    Jeudi 15 Novembre 2012 à 18:40
    @john
    me poser des questions, je ne fais que ça depuis des années...
    3
    John
    Vendredi 16 Novembre 2012 à 08:01
    @
    Se poser des questions c'est une chose, se poser les bonnes questions en est une autre. Par exemple: Tu peux te demander si tu aime ton homme, si tu l'aime tjs, ou si tu l'a jamais aimé un jour? Laquelle est la bonne question d'après toi? Et quel est la réponse ? Et si je dois te donner un conseil, il est simple, ne t'immisce plus dans le jardin secret de ton mari, ne va plus guigner dans sa boite mail, annule ce décompte ridicule, si tu ne peux plus lui faire confiance tu n'as que deux possibilités: Quitte le ou reste et fait toi une raison. Après tout, s’il te trompe un jour, il ne ferait que suivre ton exemple et d’ailleurs il l’a peut-être déjà fait qu’en sais-tu ? Tu semble avoir une notion bien particulière du mariage, accepte qu’il en soit ainsi de son coté aussi. Mais je m’égard, je porte un jugement, je m’excuse…
    4
    Vendredi 16 Novembre 2012 à 10:30
    @john
    J'ai déjà répondu à ce genre de questions, il y a quelques mois je crois. Pour la boite mail, je sais que je ne devrais pas. Je le sais. Mais je ne peux pas m'y résoudre. Il faut que je sache. Peut-être que je cherche une raison suffisamment solide pour tout plaquer ? Un moteur pour faire ce que j'ai eu envie de faire pendant des années sans en avoir la force ? Un prétexte pour lui montrer qu'il ne peut pas faire tout et n'importe quoi avec moi sans jamais craindre de me perdre ? En même temps, je sens que je l'aime encore et pour mes enfants, je sais bien qu'un divorce ce n'est pas ce dont je rêve. J'aimerai leur offrir le meilleur. Mais une maman qui n'est pas bien peut-elle offrir le meilleur... Quant à suivre mon exemple, vous ne savez pas en effet pourquoi j'en suis arrivée là et je conclurai en disant "ce que les yeux ne voient pas, le coeur n'en souffre pas". J'ai su rester discrète et vivre mon truc sans blesser personne. C'est encore différent de la situation d'aujourd'hui.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :