• Humeurs du dimanche

    9h30. Mon Homme et moi nous nous éveillons. Epuisés par notre journée de travail de la veille. Mon corps est endolori. J'avale un Nexen pour mon dos. Un autre médicament pour le traitement de fond de ma cystite. Beurk. Je déteste les médicaments. Humeur du moment : brumeuse.

    10h. Nous montons à l'étage voir le résultat de nos efforts. Nous sommes satisfaits. Chaque semaine, chaque jour, les travaux avancent. Deux ans et demi que cela dure. La première étape (l'étage) touche à sa fin. Reste encore deux étapes à franchir, mais je préfère ne pas trop y penser. Humeur du moment : impatience brûlante.

    10h30. Je vérifie mes comptes sur Internet. Je suis encore à découvert alors que je n'ai rien dépensé. Juste le crédit de la maison et les courses pour remplir le frigo... Humeur du moment : découragement.

    11h. Nous allons acheter des fleurs. Nous sommes invités cet après-midi. Je regarde les bouquets. Je regarde la tête des hommes qui sont là pour acheter des fleurs à leur petite amie, leur femme, leur maîtresse peut-être. Humeur du moment : l'envie.

    14h. Nous partons. Dans la belle famille. Je sors un peu de ma tour d'ivoire dans laquelle je suis enfermée depuis quelques semaines. La neige freine mes allées venues. Là, je n'ai pas à me soucier du verglas. Humeur du moment : légère.

    16h. Les petits gâteaux défilent. Je n'aime pas ce genre de gâteaux. Ca fait 10 ans que je le répète mais on insiste toujours pour que je m'en serve au moins une part. Humeur du moment : écoeurement.

    17h. On s'intéresse un peu à moi. Toujours les mêmes questions. Si je m'habitue à vivre ici, avec la neige. Si j'ai trouvé du boulot. Marre d'entendre toujours les mêmes questions, comme si, à force, ma réponse allait changer. Et bien non. Ma réponse ne change pas. Je ne m'habitue pas. Je n'aime toujours pas cette ville. J'en arrive presque à la détester. Et eux avec du coup. Ils m'agacent tous autant qu'ils sont soudainement. Humeur du moment : agressivité profonde.

    18h. Tour à tour, les « mamies » de l'assistance s'occupe du bébé de la famille. Ca gazouille, ça gagatise dans tous les coins. J'observe le comportement de ma belle-mère. Molle. Comme à son habitude. Affreusement molle. Mon Dieu, jamais je n'arriverais à lui confier Mon enfant si un jour j'arrive à en faire un. Pas envie de leur faire ce « cadeau ». Cette pensée m'obsède. Humeur du moment : indescriptible. Un mélange de frayeur, de dégoût, d'envie de fuir et de tristesse... 

    19h. Deux heures de vidéo de famille. De vieux super 8 passés en VHS. Humeur du moment : l'ennui. Mortel.

    20h. Nous sommes rentrés. Mon Homme se précipite vers la télé pour voir la fin d'un match de foot pendant que je commence à préparer le dîner. J'épluche mes patates. C'est tout ce qu'il me reste en magasin. Le film de ma journée se déroule dans ma tête. Le film de ma vie aussi. J'ai 30 ans bientôt. Je n'ai pas de boulot et ceux que j'enchaînent depuis 5 ans sont de moins en moins valorisants à chaque fois. Je me vois finir comme secrétaire à 1200 euros par mois et encore, ce serait déjà presque beaucoup. J'habite une ville que je déteste. Dans une maison pour laquelle je me saigne alors que je ne suis même pas sûre de supporter vivre ici toute ma vie. Mon armoire est pleine de vieillerie. Ca fait 6 mois que je n'ai pas mis les pieds dans une boutique. Et trois ans que je ne m'offre que de la pacotille. J'ai un mari dont je n'arrive pas encore à avoir envie d'un enfant. J'ai des amants de passage depuis que je le connais. Ma vie me semble tout à coup tellement ratée... Et mon incapacité à changer les choses alors que je suis consciente de tout cela depuis le début, ma lâcheté flagrante m'effraie. Je pleure. Et ce n'est pas à cause de l'oignon que j'ai dans les mains. Humeur du moment : dépressive.

    22h. Capital. Le luxe. Un jeune homme de 24 ans déjà businessman. D'autres qui ont monté leur boite, tenté l'aventure des USA. Ils ont réussi, au moins un temps. Ils ont du courage. De la chance aussi un peu pour certains. J'admire leur parcours. Ils appartiennent à un autre monde. Humeur du moment : lassitude.

    Il est temps d'aller se coucher.


  • Commentaires

    1
    heaven
    Lundi 21 Février 2005 à 10:20
    que dire...
    que je ne t'ai deja dis. Tu vaux plus que ca titi, ca me fait mal de te lire...
    2
    Lundi 21 Février 2005 à 10:33
    une journée...
    comme on en rêve toutes ;) Et après cela nos zhoms s'étonnent si l'on a envie d'autres contrées ? Si l'on rêve d'un ailleurs ?... Au fait ? Quelle est donc cette ville que tu detestes ? Est-ce la même que moi ? En tout cas dur-dur de vivre ainsi...
    3
    Lundi 21 Février 2005 à 10:46
    On n'a
    que ce que l'on mérite. Si j'en suis là, c'est parce que je n'ai pas assez de force ou d'energie pour faire autre chose de ma vie. J'en suis bien consciente et c'est cela qui me fait le plus mal. Je suis incapable d'être autre chose que ce que je suis...
    4
    heaven
    Lundi 21 Février 2005 à 10:54
    bon on respire
    un grand coup et on arrete de se flageller... tu n'es pas une "bonne a rien" ou quoi que ce soit, et comme me le disait recemment Julio, on fait plus pour eviter de souffrir que pour avoir de nouveaux plaisirs... En bref, changer de vie demande un courage fou et une certaine part d'inconsciance aussi. Parce que tu sais ce que tu perds mais pas ce que tu gagnes. Mais question, ton homme il y est heueux dans cette ville ? Il doit bien voir que tu n'arrives pas a trouver de boulot, que tu t'etioles... non ?
    5
    Lundi 21 Février 2005 à 10:55
    en es tu...
    sûre titinette ? Ce que tu penses mériter aujourd'hui qui te l'a dit ? Ton homme ? Ta famille ou alors cette petite voix au fond de toi ?... pour se trouver ou retrouver, crois moi il ne faut pas, plus, écouter les autres mais juste cette petite voix...
    6
    heaven
    Lundi 21 Février 2005 à 10:56
    j'aimerais
    savoir quelle serait une vie de reve pour toi, celle que u voudrais avoir (ville, homme, acivite...) mais que tu n'as pas, tu peux nous la decrire ?
    7
    Lundi 21 Février 2005 à 11:00
    Heaven
    parce que tu crois vraiment qu'il s'en soucis ? En tout cas c'est tout ce que je souhaite à Titinette, que son homme à elle prenne conscience de cela... Comme je l'ai dit, j'ai le même à la maison et cela faut 14 ans qu'il me ments sur ses intentions... Toutes les prisons ne sont pas faites de murs trops hauts et de grilles aux fenêtres..
    8
    heaven
    Lundi 21 Février 2005 à 11:09
    uuna
    je suis peut etre naive, mais si tu es si triste et s'il n'y a plus d'espoir, qu'est ce qui te retient pour prendre ton envol ? un enfant ? un chat ? (non, sans rire...)
    9
    Lundi 21 Février 2005 à 11:12
    en tant que specialiste du changement de vie ...
    Heaven a raison!!! de plus cette petite voix interieur est controlable, si elle devient negative il faut la faire taire!! nous pouvons tout faire des l'instant ou nous en prenons l'irrevocable decision et ou nous nous mettons en marche! Le premier pas est souvent difficile mais les suivants moins... Prendre des risques et les accepter surtout quand on s'appercoit que l'on a tout a gagner! Courage a toi!
    10
    Lundi 21 Février 2005 à 13:01
    Heaven et createur...
    je ne suis pas triste ou plutôt plus triste car pour ma part ma décision est prise et je sais que je ne finirais pas cette année avec mon mari je le lui ai déjà dit. Hé oui Heaven, ce n'est pas un chat qui m'a retenue mais 4 petits pirates, dans ces cas là on ne décide pas à la légère... Créateur je ne pense pas que cette petite voix qui vient du fin fond de nous même soit négative au contraire je pense que l'on devrai l'écouter bien plus souvent et surtout s'y fier... Moi je l'appelle l'instinct et à chaque fois que je ne l'ai pas suivit je me suis plantée ;)
    11
    heaven
    Lundi 21 Février 2005 à 13:06
    j'avais precise..
    qu'il pouvait s'agir d'enfants... et dans ce cas, je comprends ta circonspection. Mais la belle titi n'a pas d'enfants encore...
    12
    createur
    Lundi 21 Février 2005 à 13:08
    luuna
    je n'ai pas ecrit que cette petite voix interieur etait negative mais: si elle devient negative dans le sens pas bon pour soi, tu sait c'est elle qui te dit parfois " tu n'y arrivera pas" ou "tu n'as pas assez de savoir" ou tu es trop jeune" ou "tu es trop vielle" etc. Il faut suivre son instinct et surtout croire en son destint!
    13
    Lledelwin
    Lundi 21 Février 2005 à 13:15
    comme je te comprend
    Pas de boulot, déracinée, loin de chez soi, l'impression de s'étioler, l'impression de ne pas savoir par où s'en sortir... Il ne manque qu'un brin de volonté et d'optimisme pour voir le bout du chemin.
    14
    titinette
    Lundi 21 Février 2005 à 13:44
    Lledelwin
    Un joli résumé. C'est tout à fait ça. Déracinement + chômage + cocon pas encore agréable... Je tourne en rond, je rumine. Dès que je bosserai, je ruminerai moins. Merci à tous pour vos commentaires.
    15
    Lundi 21 Février 2005 à 14:48
    Boujour
    Madame titinette, si je puis me permettre et du haut de mes 23 ans, je pense qu'il serait bien d'effectuer un changement dans ta vie. L'idée d'avoir un enfant me parait bonne, ça permet de ressouder les couples (en général). Sinon parle a ton homme de se que tu ressent, c'est important le communication, je pense qu'il peut te comprendre et c'est le seul a pouvoir t'aider. Au pire achete toi un cabriolet, ça change la vie, lol. Plus serieusement, je te souhaite bon courage.
    16
    titinette
    Lundi 21 Février 2005 à 15:07
    cher(e) ? Hammil
    Changer quelque chose, j'y pense. Avoir un enfant aussi. Mais je ne crois pas que cela "re-soude" un couple. Au contraire. S'il y a le moindre grain de sable, un enfant fera tout exploser. Il vaut donc mieux bien réfléchir avant. Quant à la communication, je ne fais que ça. Mais ça rentre par une oreille et ressort de l'autre. Il n'est pas capable de comprendre ce que je ressens. Il n'a jamais vécu le quart de ce que je vis. Il fait des efforts et des progrès, mais rien de miraculeux non plus. Quand on sait qu'il n'a aucune capacité de remise en questions, c'est déjà un début.
    17
    hammil
    Lundi 21 Février 2005 à 15:18
    c'est...
    pas evident comme situation, effectivement. Sinon tu n'a pas des ami(e)s avec qui tu pourrai faire du shopping ou sinon faite un week end en amoureux, même si ça fait immature.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :