• Frustration


    Juste avant que je n’entre sous la douche, il passe devant la salle bain, apercevant le reflet de mon corps nu dans le miroir. Il entre, m’embrasse, me caresse… mon désir est titillé.

    Lui « J’ai envie de te croquer »
    Moi « mmm, tu pourras me croquer toute crue dès que j’aurais pris ma douche ;-)».

     

    Il sourit, m’embrasse et me laisse seule dans la salle de bain. L’eau glisse sur mon corps. Je prends soin de me raser là où je veux que sa langue s’égare. Rien que d’y penser, j’ai envie de lui. Après ma douche, je mets un peu de crème parfumée sur mon corps. L’odeur est discrète et envoutante à la fois. En guise de signal, j’allume la chaîne hi-fi et la musique envahit tout l’étage. Je monte encore le son. Au cas où. Elle descend jusqu’à ses oreilles. Il ne peut pas ne pas l’entendre. Je m’étends sur le lit, entièrement nue. Et je l’attends. Le désir monte. La deuxième chanson démarre. Je suis bien, heureuse de sentir le désir nager en moi. Je guette son arrivée. Troisième chanson, mon esprit s’égare. J’ai des images, des flashs, ptit loup, petit prince, mon premier amour… des scènes qui aiguisent mon appétit. Quatrième chanson je commence à m’impatienter. Je sens un brin d’agacement apparaître, que je repousse. Cinquième chanson… J’entends un cri en bas dans le salon. Il vocifère devant le petit écran. Je comprends qu’il est devant une émission de foot. Je comprends aussi qu’il ne viendra pas maintenant. Je me sens mal tout à coup. Lésée. En colère. J’ai très envie pourtant. Sixième chanson. Puisqu’il n’est pas là, je prends du plaisir seule. Rapidement. Les yeux pleins de larmes prêtes à jaillir. Mais je ne veux pas pleurer. Septième chanson, je me recroqueville quelques minutes, puis je me lève, très énervée. Je retourne dans la salle de bains. J’allume le séchoir qui bourdonne pour ne plus entendre les phrases assassines qui tournent dans ma tête. Il surgit soudainement derrière moi et commence à m’embrasser. Je le repousse. C’est trop tard. Mon corps a encore envie mais ma tête refuse et mon cœur est trop frustré pour s’ouvrir. Voilà une demi-heure que je l’attends et il débarque comme une fleur juste quand j’ai décidé d’arrêter d’attendre. Je suis sur les nerfs. Je n’ai pas envie de faire l’amour dans cet état. Je me sens mal, frustrée, blessée. Et encore plus parce qu’il insiste alors qu’il voit bien que je suis énervée. Comme s’il était possible d’effacer en un baiser cette blessure au canif, fine, légère mais brulante. Nous sommes si rarement sur la même longueur d’ondes. Et une fois encore, l’occasion est ratée. J’en ai encore la rage au ventre ce matin.

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 19 Juin 2006 à 09:33
    Grrr
    rrrrrrrr
    2
    Fil
    Lundi 19 Juin 2006 à 09:38
    Ahhh...
    ..les ravages du foot!. En plus, il parait que c'était pas beau (en fait, j'en sais rien, je regarde pas)
    3
    Lundi 19 Juin 2006 à 09:46
    sabote
    la TV
    4
    moi
    Lundi 19 Juin 2006 à 09:59
    question con
    mais tu lui as explique pourquoi tu lui en voulais au moins ou tu l'as joue passive-agressive (c'est trop tard, na)? - le truc qui marche pas de base avec les garcons, soyons claires-
    5
    Lundi 19 Juin 2006 à 10:01
    une pipe
    devant le foot c'est pas mal... ça a un coté .... asservie...huuu... ça peut servir les soirs de match quoi...
    6
    titi
    Lundi 19 Juin 2006 à 10:06
    Caliban
    Si tu savais ce que ça me démange parfois de la jeter par la fenêtre...
    7
    titi
    Lundi 19 Juin 2006 à 10:08
    Moi
    Je lui ai dit que ça faisait une demi-heure que je l'attendais. Il a bien compris pourquoi j'étais énervée. Il a répondu qu'il pensait que je me préparais... (depuis une heure au total en comprenant le temps de la douche, mouais,...)
    8
    Lundi 19 Juin 2006 à 10:17
    Hum...
    Tout ça pour du foot... J'hallucine, en gros il te réservait la mi-temps ? Je comprends l'énervement... Tss tss
    9
    Lundi 19 Juin 2006 à 11:03
    toujous être à leur disposition
    et tout ça pour du foot, La femme vaut mieux que ça, Caliban à raison sabote la TV, tu vaux mieux que ça, quel gougea......
    10
    Lundi 19 Juin 2006 à 11:04
    alors le truc
    c'est de saboter le cable discrétos. casser les fils de l'intérieur, sans que ça se voit de l'extérieur. cours du soir sur demande.
    11
    Titi
    Lundi 19 Juin 2006 à 11:09
    Cours du soir
    Je vais m'y pencher :-) Je ne supporte pas l'idée qu'il m'ait "oublié" (ou qu'il n'ait pas vu le temps passer) sous prétexte qu'il y avait du foot à la TV... Grrr.
    12
    Lundi 19 Juin 2006 à 11:28
    l'amant
    je me propose de faire le remplaçant ... de toute façon je sais que domenech ne me fera pas entrer sur le terrain ...
    13
    jean Robert D
    Lundi 19 Juin 2006 à 14:09
    Textualité
    On est à  deux doigts des carnets érotiques de Mme Machin. Ttitilleries du désir pour voir si le texte est efficace, amusements des banalités de la libido, appel aux  sauvages pulsions des lecteurs. Vous allez finir par vous faire violer en direct par un obsédé textuel ma pauvre dame ;-))
    14
    titi
    Lundi 19 Juin 2006 à 17:00
    JR
    Mme Machin ? Connais pô. Ne sommes nous pas tous, ici bas chez blogland, des obsédés textuels ? ;-)
    15
    Lundi 19 Juin 2006 à 17:21
    tant que le textuel
    n'est pas tabou , on peut laisser sa bite et son couteau au vestiaire (je parle des males bien sur) tiens et on dirait quoi pour les femelles ?
    16
    jean Robert D
    Lundi 19 Juin 2006 à 18:38
    Ben voyons
    On dirait sa botte et son clito.
    17
    Mardi 20 Juin 2006 à 12:01
    titi
    Waouw, ça devient très glamour comme conversation par ici ;-)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :