• En famille

    Première journée de repos, excellente ou presque. Excellente car entourée de ma proche famille, mes parents, mes grands parents, mes deux tantes les plus chères et mes deux cousins proches comme des frères. Seule ma sœur manquait à l'appel, elle travaillait... Mais a pu faire une brève pause pour venir partager 1/2heure avec nous. Un repas en terrasse, au bord de la piscine, le soleil, le farniente... Tout était parfait sauf... Les remarques incessantes, des uns et des autres sur l'absence de mon homme "oh, il n'est pas là x ?", "oh, tu l'as abandonné, le pauuuvre", "Il nous manque" et bla bla bla... Et quand je réponds, un peu sèchement peut-être, que ça me fait des vacances ou que je lance quelques remarques sur son attitude égoïste ou sur le fait qu'il ne veuille faire aucun effort pour moi, j'entends invariablement la même réponse "tu l'as choisie", "tu es mariée maintenant, c'est comme ça, fallait y penser avant"... Pourquoi personne ne veut entendre mon malaise ? Pourquoi tout le monde a toujours l'air d'être de son côté à lui ? Pourquoi lui trouve t'on toujours des excuses à lui et m'oblige t'on à moi, à être toujours souriante, sans jamais avoir le droit de me plaindre ? A la fin de la journée, crise de larmes dans mon lit de jeune fille. Je ne suis plus moi nulle part. Je n'existe plus.

  • Commentaires

    1
    heaven
    Jeudi 15 Juillet 2004 à 12:04
    question qui fait mal
    dis moi, je ne veux pas me faire l'avocat du diable mais tout ce que tu nous dit la depis des mois reflete une serieuse candidate au divorce. Est ce la le fruit de mon imagination ou une surinterpretation de tes posts? Quoiquil en soit jimagine que tu tes deja pose la question. ne serais tu pas plus heureuse snas lui au fond ? (et meme en surface d'ailleurs...)
    2
    Tschok
    Jeudi 15 Juillet 2004 à 12:40
    Heaven
    Tu ne te fais pas l'avocat du diable (laissons le où il est)mais peut être celui de ta propre cause, non?
    3
    titinette
    Jeudi 15 Juillet 2004 à 13:16
    Future divorcée ?
    Peut-être. J'ai ressenti un profond ras le bol tout juste deux mois après le mariage. Jamais je n'avais ressenti une haine aussi forte envers mon homme. Une soirée qui a fait déborder le vase. Si nous ne nous étions pas mariés deux mois plus tôt je crois, qu'à ce moment là, je serais partie. Peut-être revenue, je ne sais pas, mais partie en claquant la porte pour un moment, c'est certain. Nous étions en vacances et j'ai voulu croire que ce n'était que la fatigue accumulée de l'année, le stress de l'organisation du mariage etc... Aujourd'hui, je ne sais plus où j'en suis. Mais quand je vois les réactions de ma famille à seulement qq remarques de ma part, je n'ose pas imaginer ma solitude si je venais à tout plaquer... Déjà que je n'ai pas grand chose, perdre l'estime des miens, ça me détruirait je crois...
    4
    Ange
    Jeudi 15 Juillet 2004 à 13:44
    Euh...
    Là, je me lève et je proteste, Titi... Serais tu entrain de dire que tu pourrais sacrifier ton propre bonheur juste pour que le regard des tiens reste bienveillant à ton égard ? En gros, vivre une vie qui ne te va pas pour LEUR faire plaisir ??? ARGGGGG ! Deux choses : D'abord, ta vie, comme son nom l'indique, est à toi et c'est à toi de faire tes choix selon TES intérêts. Ensuite, crois-tu vraiment que des gens qui t'aiment, normalement de façon inconditionnelle, puisse te 'désaimer' parce que tu aurais pris la décision d'être heureuse ? A méditer.
    5
    heaven
    Vendredi 16 Juillet 2004 à 02:43
    reponses
    d'abord, tschock, je ne me faispas lavocate de ma cause car je ne suis pas mariee (pas encore), je suis maquee et tombee amoureuse dun autre, nuance... Ensuite titinette je suis sure que les tiens te soutiendront si ils se rendent compte d'a quel point ta situation te re malheureuse. Si vraiment tu changes d'avis sur ton mariage, alors ils seront a tes cotes, c'est force...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :