• Emotions contraires

    Emotions contraires

    Nous avions une semaine de vacances en famille, tous les 4. Pour éviter d’avoir à se regarder dans le blanc des yeux toute la semaine et pour permettre aux enfants de s’aérer un peu, nous sommes partis une journée et une nuit dormir dans une « cabane ». Une smartbox que nous avions gagné l’an dernier à la fête de l’école. Je tenais absolument à ce qu'on en profite tous ensemble.

    Durant ces quelques heures, j’ai profité de chaque minute avec mes enfants, de « ma famille ». J’avais le cœur lourd. A plusieurs reprises, dès que les enfants s’éloignaient, mes yeux se remplissaient de larmes. Je n’arrêtais pas de me dire « nous sommes en train de passer notre dernier week-end en tant que famille unie, tous les quatre ensemble ». C'était difficile, mais je ne le regrette pas. Même si mon mari n'a pas été très enthousiaste.

    Puis nous sommes descendus tous ensemble dans ma famille dans le sud, pour y laisser les enfants pour la seconde semaine de vacances. Là, c'est mon mari qui a ruminé pendant trois jours à se dire que c'était son dernier week-end avec nous tous.

    Durant ces 10 jours, d’un week-end à l’autre, je suis passée par toute la palette des émotions. Un coup désespérée de perdre ce pour quoi j’ai dépensé tant d’énergie, un autre moment soulagée de pouvoir enfin envisager une autre vie pour sortir de ce cercle infernal de frustrations et de déceptions. Et nous étions systématiquement en décalage avec mon homme. Quand j'allais bien, il était bougon et renfermé sur lui-même, quand j'étais mal, il était presque joyeux ou tout au moins indifférent.

    Même si je sais bien que je ne l’ai pas ménagé du tout ces 4 dernières années et que cela ne pouvait pas se terminer autrement, j e suis encore profondément triste de sentir le désamour de mon mari. Le sentir presque pressé de me voir partir, le voir me demander tous les soirs si les appartements que je visitais convenaient ou pas... tenir le discours du " je suis certain qu'on s'entendra bien mieux en tant qu'amis qu'en tant que couple"... Même s'il a probablement raison, moi j'ai besoin d'encore un peu de temps pour digérer tout ça..

    Ceci étant, j'avance aussi de mon côté. Et j’ai enfin trouvé un appartement à louer, tout près, qui me plaît et dans lequel j’arrive à me projeter. C’est à ces images là que je me raccroche. A l’impatience d’aménager pour nous trois un nouveau cocon. Si tout se passe bien et si la signature du bail se confirme, ce sera pour juillet.

    En attendant, nous continuons la ronde des avocats, des visites de la maison pour la faire estimer, la discussion autour de qui garde quoi… Quand je pense que cela fera tout juste un mois demain que nous avons pris cette décision. Tout cela me semble aller très très vite…Trop ?


  • Commentaires

    1
    Franck
    Jeudi 27 Avril à 18:13

    Quand tu dis que tout va trop vite, j'ai envie de te répondre que non, justement, car tu te trouves actuellement dans un état intermédiaire dans lequel tu vis toujours avec ton mari mais plus "maritalement". C'est une fois que tu seras "seule" dans ton nouveau chez-toi que tu te sentiras mieux, tu le dis d'ailleurs toi-même puisque tu es impatiente d'aménager ce logement. Il est donc urgent que tout aille vite, pour que chacun puisse prendre un nouveau départ.
    Courage, le ciel va s'éclaircir rapidement, j'en suis persuadé. Et puis à priori si tu emménages en juillet, ma phrase précédente sera à prendre au sens figuré mais également, je l'espère, au sens propre, ça aide ! :-)

      • titi
        Jeudi 27 Avril à 18:33

        Oui, merci de ton message Franck. En effet, en juillet, j'espère bien que le ciel s'éclaircira dans tous les sens du terme. J'irai certainement mieux quand je serai dans mon nouveau chez moi. En attendant, il y a tellement de choses à gérer côté logistique + tellement d'émotions qui se bousculent + devoir faire face au boulot avec de gros projets en cours... que j'ai un peu de mal, mais pour l'instant... je gère.

        C'est quitter définitivement "ma maison" qui me fait mal au coeur. Après toutes ces années de travaux et de rénovation... C'est beau comme dans une page de magazine (si, si). Mais bon, il faut avancer, tourner la page, se dire que c'est l'aube d'un nouveau départ toussa toussa...

    2
    Roxane
    Samedi 29 Avril à 09:31
    Comme ça doit être dur ces derniers moments, et combien les sentiments doivent se mélanger !!!!
    Quand tu auras ton petit chez toi tu reprendras goût à l'espoir tu verras.
    C'est vrai que c'est hyper triste de vendre cette maison quand on se rappelle le temps que vous avez passé dans les travaux et les frustrations que cela a engendré...
    n'es tu pas tentée de redescendre dans ton sud du coup ?
    Colles ton beau père a pris la Nouvelle ? Et ta famille ?
      • titi
        Vendredi 5 Mai à 09:54

        Nous n'en avons pas encore parlé aux parents / beaux-parents /  enfants. On le fera dés que j'aurai signé mon bail et que je saurais où aller...

    3
    Roxane
    Samedi 29 Avril à 09:32
    "Comment ton beau-père"
    4
    Jeudi 4 Mai à 15:31

    Bravo tout simplement. Et encore merci infiniment.

     

    voyante

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :