• Du virtuel au réel

    Première rencontre du virtuel au réel. Ce ptit loup qui, depuis un mois, m'inonde d'e-mail, tchatte avec moi chaque jour et insiste pour me rencontrer, a eu raison de moi et de ma méfiance vis à vis de ce genre de rencontre. J'ai fini par céder devant son insistance, son impatience, sa fougue et sa déraison. J'ai mis du temps pour accepter. D'abord sa photo (avec sa petite amie d'ailleurs) m'a rassurée. Un visage souriant, sympathique, agréable. Puis nos conversations téléphoniques, où je joue régulièrement les conseillères matrimoniales... Bref, une relation que je voulais presque de "grande soeur", qui s'est instaurée doucement. Même si son manque affectif et sexuel (son amie n'est apparemment pas du tout portée sur la chose), était évident.

    Mercredi 17h15. Nous avons rendez-vous devant un café anonyme près de la gare. Je ne suis pas stressée du tout. J'ai l'impression de rejoindre un copain. Il est à peine plus vieux que ma petite soeur et je ne pense pas être séduite. Je veux juste m'amuser un peu, boire un verre, passer 1h agréable à découvrir quelqu'un. Il fait très chaud. Je gare ma voiture à l'ombre, à une centaine de mètre du lieu de notre rendez-vous. J'arrive à pied devant le café, la démarche assurée, lunettes de soleil sur le nez mais je ne le vois pas, et cela me déstabilise un peu. Il venait pourtant de m'appeler pour me dire qu'il était en train de se garer. J'attends quelques minutes. Trois jeunes hommes assis en terrasse me dévisagent et se sourient en faisant des messes basses. Je ne veux pas attendre plus longtemps sous leurs regards indiscrets. J'appelle A. et fini par le retrouver, quelques mètres plus loin, au bas... d'un hôtel devant lequel il venait de trouver une place. Ironie du sort. Nous en rions ensemble. Nous repartons aussitôt, vers un autre café, plus fréquenté mais plus agréable. Je suis détendue. Il est terriblement stressé. Nous ne nous installons pas en terrasse pour plus de discrétion. Nous discutons, de choses et d'autres, de ses rencontres via le net, de sa petite amie, de nos goûts musicaux, d'un week-end en vadrouille où on pourrait s'échapper tous les deux pour faire la fête... A un moment, je le sens si stressé que je lui demande ce qui le rend si nerveux, imaginant que la clandestinité était ce qui le troublait. Il me répond "toi". Sa réponse me va droit au coeur, me touche et m'electrise. Il est si troublant de voir l'effet que l'on peut produire sur un homme, si jeune soit-il. Je l'examine d'un peu plus près. Joli sourire, pattes d'oies, très bien habillé. Je devine cependant un corps un peu frêle sous sa chemise qui ne donne pas particulièrement envie de se blottir tout contre et des ongles rongés qui laisse deviner que le stress fait partie de son caractère. Pas de coup de foudre. Mais dans l'ensemble, un bon feeling. Je pense à Angy et me demande pourquoi il ne m'enlève pas immédiatement pour que nous passions aux choses sérieuses alors que nous sentons tous les deux qu'il peut se passer quelque chose. Mais il est bien trop sage et moi aussi. Il faudra attendre. Encore quelques balades, quelques verres en terrasses... Je ne pourrais aller chez lui, ni lui chez moi. Oserons nous un jour l'hôtel dans notre propre ville ? Il en parlait dans l'éventualité où nous partirions "ailleurs" pour passer une soirée et une nuit ensemble. Mais plus simplement, saura t'il se lancer ? A moi de le guider peut-être... Il me raccompagne jusqu'à ma voiture. Nous nous disons au revoir, les yeux pétillants. Je frôle son bras regrettant presque qu'il ne me retienne pas pour m'embrasser. Et je rentre chez moi.


  • Commentaires

    1
    Tschok
    Jeudi 1er Juillet 2004 à 17:38
    Film muet
    Pourquoi tu nous dis ça à nous et pas à lui? Tu tournes dans un film muet?
    2
    titinette
    Jeudi 1er Juillet 2004 à 17:47
    RDV
    Nous avons rendez-vous, mercredi matin prochain, chez lui... pour un petit massage qu'il s'est gentiment proposé de me faire ;-)
    3
    Tschok
    Jeudi 1er Juillet 2004 à 17:51
    Usage de la parole
    Aaah! j'avais cru que vous aviez perdu l'usage de la parole. Je remarque cependant qu'un massage est un jeu de main. Je suis sûr qu'il va tracer sur ton dos des lettres qui formeront un mot et des mots une phrase, et une phrase qui dira:....
    4
    Angy
    Vendredi 2 Juillet 2004 à 08:55
    Yessss !
    Eh beh voilà une affaire qui roule... Tu me raconteras, hein ??? ;-)
    5
    heaven
    Vendredi 2 Juillet 2004 à 15:57
    ???
    Est ce vraiment ca que tu cherches (et specialement avec lui)?? Es tu sure de ne pas faire fausse route ?? (signe: la rabat joie, je sais angie...)
    6
    Angy
    Vendredi 2 Juillet 2004 à 16:00
    C'est clair...
    elle cherche autre chose... pas un plan Q, quelque chose d'indéfinissable. Une facon de se bruler les ailes pour mieux savoir ou elle va, toucher du doigt ce dont elle croit manquer pour se rendre compter qu'elle l'a... Il faut vivre à fond ce genre de choses pour que ca serve de 'lecon', pas forcément dans le mauvais sens du terme.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :