• Pour répondre à Heaven car je me pose aussi les mêmes questions :

    1-      Et s'il m'espionnait aussi ?

    Oui, j'y pense et je ne suis absolument pas fière de ce que je fais, même si cet autre est vraiment formidable et m’apaise beaucoup. Bon, il faut savoir que mon PC est sur-protégé par l'entreprise, que seuls les admin peuvent télécharger des logiciels et que j'efface tous les textos réceptionnés au fur et à mesure. Donc ça compliquerait sa tâche, mais rien n’est impossible. Je ne pense pas avoir changé d’attitude depuis et bien qu’il soit observateur sur tout ce qui est visuel, il est plutôt aveugle me concernant. Il ne faut pas oublier qu’il a même été capable de me laisser agoniser dans mon lit pendant qu’il faisait des travaux alors que je ne pouvais même pas me déplacer pour appeler sos médecin et que j’ai tenté à plusieurs reprises de le solliciter via mon fils pour venir m’aider…  sans succès.  C’est dire s’il prête attention à mon état de manière générale…

    2-      Je ne suis pas blanc-bleu non plus...

    Je n'aurai probablement pas entamé une histoire avec un autre s'il n'y avait pas eu cet épisode difficile... Je ne me suis pas lancée dans l'aventure bb n°2 dans l'idée de tromper puis quitter mon mari dans la foulée ou presque. Tout ça fout pas mal le bazar dans ma tête et dans mon coeur. Hier soir encore, j’avais envie de me blottir contre lui. Je sais que c’est incompréhensible, moi-même je ne sais pas pourquoi je persiste à l’aimer avec tout ce que j’encaisse depuis si longtemps. C’est ainsi . On ne contrôle pas son cœur. Il a un je ne sais quoi qui me fait craquer.

    3-      Pourquoi rester ensemble ?

    Si on va chercher tous les deux autre chose ailleurs, alors la question se pose en effet de l'intérêt de rester ensemble. J’ai une amie qui vit la même chose et qui s’en porte très bien ainsi car elle aime son mari, malgré les doutes qu’elle a sur sa fidélité, et elle se sent bien chez elle, avec lui et les enfants.  Moi, c’est un peu différent car j’ai beaucoup sacrifié et supporté de choses et de comportements indélicats. Ce qui faisait que je tenais le coup entre-autre, c’est cette confiance indéfectible que j’avais en lui. Aujourd’hui encore, je pense qu’il ne me quittera jamais pour une autre. Mais s’il a des sentiments amoureux pour une autre, je ne pourrais probablement plus supporter tout le reste. Partager, qui plus est avec une fille si méprisante à mon égard, je ne pourrais pas.  C’est pourquoi  j'ai besoin "d'en avoir le coeur net". J’aimerai me tromper. Et si je me trompe, ma confiance reviendra peut-être. Doucement.  Parfois je me dis aussi  « j’aimerai avoir raison et confirmer cette intuition » car si je ne me trompe pas, alors peut-être que ça me donnera l’impulsion et la force d’aller au bout de ce que je n’ai jamais réussi à faire, parce que je sais que ça lui ferait beaucoup de mal,  parce que ce n’est pas ce dont j’ai rêvé pour les enfants, parce que la maison devient enfin confortable après 10 ans d’efforts et que j’aimerai en profiter un peu, parce que l’angoisse de devoir tout perdre et tout recommencer à près de 40 ans et de me retrouver dans un minuscule appartement à devoir louer parce que plus les moyens d’acheter quoi que ce soit seule… Bref… Une décision lourde de conséquences. Je ne sais pas si je suis prête pour ça, si j’ai les épaules pour. Je ne veux pas avoir à regretter une décision irréversible.

    Tout ça fait son chemin doucement dans ma tête. Je ne pense pas que je pourrais supporter de rester dans le doute de toute façon, comme cette amie. Il y a un enchaînement de micro-comportements qui me mettent le doute et qui mis bout à bout me poussent à m’interroger. Il n’avouera jamais rien de toute façon (puisqu’il était même capable de nier ce que j’avais lu la veille), donc si je veux savoir, va falloir que j’emploie les grands moyens.  Ca m’épuise d’avance. Je ne sais pas si je saurais faire...


    3 commentaires
  • Il suffit d'un rien pour rallumer la flamme du doute. Il a suffit d'un comportement similaire à celui qu'il avait quand il communiquait avec l'autre, pour que le doute revienne. Qu'après 3h de trajet en voiture il ne souhaite pas se coucher tout de suite, je le conçois. Je suis restée à ses côtés jusqu'à 1h15, puis épuisée je suis allée me coucher. Il ne me rejoindra qu'à 2h15, soit une heure après, alors que durant les 15 jours que nous venions de passer en vacances (en mode "non connectés du tout") il ne s'est jamais couché plus tard que moi, et jamais après 1h du matin.

    C'est un peu comme si, privé de connexion pendant 15 jours il était trop impatient de consulter sa boite mail et d'y répondre. C'était exactement ça il y a exactement un an. Alors je ne crois pas une minute qu'il n'avait juste "pas sommeil" et envie de "regarder du foot" sur Internet...

    Je me fais peut-être un film. En tous les cas, il ne laisse plus aucune trace, ça c'est certain. J'ai replongé, à 6h du mat', dans les affres de l'espionnage, mais les historiques de navigations sont plutôt "épurés". Nul doute qu'il les nettoie s'il continue à faire ses petites affaires.

    Je sais bien qu'aujourd'hui, vu la situation, je n'ai plus aucune leçon à donner à personne. Mais même si j'essaie de me consoler avec ça et de me raisonner, il n'empêche que ce putain de doute est une saloperie envahissante qui pèse encore et encore sur mon coeur.

    J'espère me tromper. Mais je ne sais pas si je saurais rester dans le flou sans chercher à savoir. Je ne crois pas que je saurais faire ça... Je commence déjà à me demander si je ne vais pas faire appel à ce gars qui me proposait de m'aider à installer un logiciel espion... Au moins, je serais fixée... Mais oserais-je ?

     


    2 commentaires
  • Jamais je n'aurais cru.
    Jamais je n'aurais pensé.
    Lui et moi.
    Des liens, des connexions qui se dessinent, des vies qui s'accrochent.

    Lui plus encore que moi peut-être.
    Recevoir ses mots, ses caresses, ses baisers.
    Se dire juste merci à chaque au-revoir.
    Se revoir.
    Encore.

    3 mois déjà.

    Parfois un brin de lassitude dans mon coeur.
    Parfois se dire qu'on se trompe de chemin, que tout cela ne sert à rien.
    Regarder tout ce qu'on a construit et avoir peur de tout détruire.
    Se demander s'il ne vaudrait pas mieux tout détruire.

    Avoir trouvé un être gentil, intelligent, généreux, attentionné, tendre...
    Qui n'attend rien en retour.
    Juste le bonheur de partager des mots, des corps à corps et des envies de changer le monde.

    Un être raisonnable et fou.
    Un homme fort et sensible.
    Une personne incroyablement intelligente et profondément humble.

    Imaginer que peut-être un jour...
    Mais il est encore trop tôt.

    Bonnes vacances amis bloggueurs. Je pars me ressourcer quelques jours.

     


    2 commentaires
  • C'est la première fois en 20 ans. Comme quoi, avec un peu (beaucoup !) de patience, tout arrive.

    En rentrant du bureau, j'aperçois un sac de femme dans l'entrée de la maison. Je me demande qui est venu nous rendre visite. J'entre, je vois la babysitter installée sur le canapé avec les deux enfants et l'homme qui s'agite pour lui préparer à manger. "C'est à cette heure que tu arrives ? Bon, allez, hop, ne pose pas tes affaires on repart". Et nous sommes allés passer la soirée dans un excellent restaurant où nos papilles se sont régalées pour fêter nos 10 ans de mariage.

    Ce moment là, je l'ai rêvé mille fois. Ce moment là, je l'ai pleuré mille fois de déception. Jamais venu, jamais au rendez-vous, alors que ce n'est pourtant pas si compliqué.

    Sauf que là, je n'attendais rien, plus rien, depuis si longtemps. je n'avais même pas prêté attention à la date du jour. Je me suis détachée de tout ça, pour ne plus espérer, pour ne plus être déçue, pour ne plus pleurer. Ne plus souffrir ;

    Je ne veux pas dire que cela ne m'a pas touché, mais presque. C'est comme si c'était arrivé trop tard. Mon coeur et mon esprit n'avaient qu'une envie ce soir là en rentrant, se lover dans les douces pensées de cet autre qui venait de me donner tant d'amour, tant de douceur, tant de tendresse... Qui venait de me dire tant de belles choses... Avec qui je venais tout juste de partager une heure de délicieuse conversation entre-mélées de baisers langoureux.

    Alors les conversations sur le foot, les bobos de l'homme qui le gênent pour jouer au foot, les essais du fiston dans l'équipe de foot du quartier... Comment dire...

    Heureusement le lieu était parfait, le menu excellent et nous avons ensuite pu glisser sur des conversations plus gastronomiques... A défaut d'être plus intellectuelles ou plus émotionnelles.


    3 commentaires
  • Déculottée malgré vous

    Vous cachez bien votre jeu avec votre petit air d’écolière studieuse ! Car sous l’uniforme de la gentille fille bien sage, se cache en réalité une femme pleine de désirs et d’idées coquines. Encore faut-il que vous trouviez le Jules qui vous plaise vraiment. Vous savez être déculottée seulement quand vous êtes suffisamment mise en confiance par un mec qui vous attire.

    Je trouve que c'est assez vrai... Vous voulez faire le test ? C'est par ici :-)

    http://www.cosmopolitan.fr/,test-sexo-etes-vous-suffisamment-de-culottee-avec-les-mecs,2126,1402407.asp?xtor=EPR-1


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique