• ...qui croyait prendre.

    Le temps vire à l'orage. Acte manqué plus ou moins. Envie d'en sortir probablement. Situation insupportable. J'ai fini par laisser une trace plus qu'explicite.

    Passé sa première réaction de colère légitime, je suis curieuse de savoir ce qu'il va proposer. Ou pas.

    En attendant, l'orage va être compliqué à gérer cette fin de semaine avec la réception familiale qui s'annonce...

    Bref, comme disait pépin... On y est là.

    Et on fait quoi ?

    je ne sais plus trop.

    Sensation de poids sur le coeur pour le moment.
    Aucune envie de pleurer.
    Petit sourire de satisfaction de l'avoir entendu tourner toute la nuit : non je ne cherchais pas à me venger, mais se dire que désormais il ressent ce que j'ai ressenti pendant 6 mois, quelque part, ca me fait plaisir qu'il puisse enfin comprendre directement par lui-même.
    Peur de tout perdre et de faire une connerie si je pars.
    Peur de rater "ma chance" si je reste.
    Pas envie de le consoler.
    Pas envie de me justifier, ni de me défendre. Je sais c'est pas joli, mais à force, ne devait-on pas finir par en arriver là ?

    Je dissocie totalement "l'autre" de tout ça.

    Je n'arrive pas à me dire "chouette, maintenant je vais pouvoir vivre mon truc à fond avec lui". Je n'arrive pas à me dire si c'est important ou pas pour moi d'envisager quelque chose de l'ordre de l'avenir avec cet autre. J'étais plutôt dans le carpe diem jusqu'à présent.

    Je me dis qu'il faut peut-être que je mette cette histoire en stand by le temps de régler le reste, tout le reste.

    C'est encore un peu flou, comme si j'avais rêvé ou plutôt cauchemardé tout ça.


    7 commentaires
  • Mon coeur s'emballe de jours en jours, mon esprit se connecte au sien, mes mains appellent les siennes.

    Et soudain, hier, je me sentais comme avec un ami. Simplement comme avec un ami.

    Mon regard sur lui n'était subitement plus le même.

    Mon désir semblait s'être endormi.

    Des images de mon mari se substituaient à la sienne quand je fermais les yeux.

    C'est comme si cette sensation d'amour s'était envolée, absorbée par celle qui a ressurgie la veille. Cette sensation d'angoisse et de jalousie, ravivée par quelques images TV de femmes blessées par un mari volage. Images qui ont fait ressurgir ma douleur.

    Douleur qui a effacé le reste, tout le reste.


    2 commentaires
  • Il est si...
    Doux
    Tendre
    Attentionné
    Intelligent
    Prêt à tout pour me donner le sourire

    Que je n'en reviens pas.

    Non, le prince charmant n'existe pas.

    Tout cela ne durera peut-être pas.

    Mes émotions peuvent s'évanouir demain.

    Et tout ça n'aura servi à rien.

    Mais il est si doux, si tendre, si attentionné...

    Que je n'en reviens toujours pas.


    11 commentaires
  • ???

    Pour des raisons techniques j'ai du hier soir laisser mon PC dans l'entreprise.

    Il a tout naturellement repris le sien. Il l'a à nouveau laissé allumé toute la soirée sur la table du salon et l'a même "abandonné" à côté de moi pendant qu'il est allé prendre une douche.

    Evidemment, je me suis abstenue de jeter un oeil cette fois, pour ne pas risquer une fausse manip' qui aurait rendu ma visite flagrante.

    Ca me laisse perplexe.

    Tout ça me laisse totalement perplexe.

    Je ne comprends absolument rien.

    PS : oui, je sais bien que je fais pire sauf qu'il n'a pas - pour l'instant - à en souffrir.


    6 commentaires
  • Dimanche, il m'a surprise en train de surfer sur son PC alors que le mien était en route, dans la même pièce.

    Je n'ai pas bronché en le voyant arriver, arguant que je recherchais la page avec la paire de baskets qu'il m'avait montré le matin même pour notre fils, parce que je voulais les revoir.

    Il s'est un peu énervé, tentant de se contenir mais pas trop, en disant "je savais que tu fouinais sur mon ordinateur. c'est une excuse en bois cette histoire de baskets, allez, bouge de là".

    Mon sentiment à ce moment là : même si je comprends qu'il ne soit pas agréable de s'apercevoir que sa femme zieute dans l'historique de son PC, il n'en reste pas moins qu'il aurait pu répondre à ma question, même s'il était sceptique et ne pas me pousser littéralement de devant son PC. Non ? Ca m' a paru louche comme attitude. Je n'ai rien dit.

    Depuis, le lundi soir et le mardi soir, curieusement, il n'a pas, comme à son habitude depuis au moins 3 ans, branché son PC en arrivant pour consulter les paris sportifs et l'actualité. Cela fait trois ans que son PC est allumé et posé sur la table du salon, tous les soirs sans exception. Lundi et mardi, non seulement il n 'a pas sorti son PC, mais il l'a même carrément laissé dans le coffre de sa voiture. Ce qu'il n'avait jamais fait jusqu'alors. Il est même allé jusqu'à m'emprunter mon PC pour consulter les paris en ligne. Quand je lui ai dit "pourquoi tu ne prends pas le tien ?" il m'a répondu son excuse en bois à lui "parce qu'en ce moment il est trop long à démarrer". N'importe quoi.

    Pour moi, ce changement subit de comportement est une forme d'aveu. Sinon pourquoi ?
    Alors évidemment, on peut penser que j'interprète le présent en fonction de l'expérience passée et que je me trompe peut-être.

    Ceci étant, ce changement de comportement va me compliquer la tâche si je veux installer un logiciel espion et en avoir "le coeur net". Je ne sais même pas si je saurai le faire, surtout si on ajoute le fait que je vais devoir récupérer le PC dans le coffre, le brancher et faire tout ça dans un timing hyper serré avec le risque de le voir revenir avant que je n'ai terminé, donc avec une dose de stress à son maximum, le tout avec les enfants dans les pattes...

    On peut aussi partir du principe que le simple fait de douter suffit à décider d'en rester là. Mais il sera plus facile pour moi et aussi pour lutter contre sa mauvaise foi d'avoir des certitudes. D'autant que je sais qu'il ne me facilitera pas la tâche. Il ne voudra pas divorcer et encore moins vendre la maison. Donc j'ai intérêt à être béton de mon côté, sûre de moi et avoir des arguments fiables à faire valoir devant les avocats si nécessaire.

    C'est le moment où jamais si je veux changer de vie. Je le sais, je le sens.

    Et en même temps, ce matin encore, son appel tout gentil... ca me trouble et je regrette tellement qu'on en arrive là alors que je sens depuis longtemps qu'on aurait pu être heureux ensemble. Il suffisait de pas grand chose, juste un peu plus d'écoute et d'attention...

     

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique