• Des adieux imaginaires... Ou pas

    je ne sais pas où on va. Mais j'ai toujours mal. Je ne sais pas comment "passer à autre chose" alors que je ne suis pas certaine que ce soit terminé. L'autre diffuse des textes de l'album "vengeance" de Biolay sur son blog, parlant de relations néfastes etc. Ce qui me laisse croire que les choses ne sont pas tout à fait réglées. Je ne sais plus comment réagir. Je fais comme si tout était terminée, j'utilise la pensée positive, je regarde tout ce qu'il y a de bien dans ma vie, mais j'ai toujours ce doute et surtout, cette rancoeur qui m'anime. Pour évacuer, j'ai écrit une lettre. Une lettre qu'il ne lira peut-être jamais. Ou peut-être bientôt, je n'en sais trop rien. Je n'ai pas envie de donner raison à cette folle en allant au bout du processus. Mais si c'était ça l'issue ? Je ne veux pas de ça pour mes enfants... Mais aurais-je la force et encore assez d'amour pour continuer ?

    Lettre à l'homme,

    Tu m’as manqué de respect et tu m’as fait énormément de mal. Le respect est une chose essentielle pour moi. Dans toutes mes relations aux autres, je ne peux pas tolérer ni pardonner le manque de respect.

    Me répéter depuis 8 mois  « je croyais qu’on ne devait plus en parler », c’est nier le mal que tu m’as fait et gérer la situation comme tu le fais toujours en faisant le dos rond en attendant que ça passe. Mais ça ne passe pas. Alors on fait comment ? Ton discours n’est pas rassurant. Tu tiens le même depuis que tu as engagé ces échanges avec cette fille. Alors comment croire que tu as compris et que c’est terminé ?

    Et même si c’est bien le cas aujourd’hui, le simple fait que tu ai continué à communiqué avec elle alors que ça me faisait du mal, c’est un affront que je ne peux pas pardonner.

    Le fait que tu ais fait comme si « mes crises » n’avaient pas d’importance en te targuant auprès d’elle que tu « gérais  la situation » me faisant ainsi passer pour une moins que rien qui n’a pas droit à la parole dans notre couple, est insupportable.

    Que tu ne te sois pas rendu compte que cette fille cherchait seulement à te « voler un bout de toi » au vu et su de ton officielle et que ça la réjouissait de voir le bordel qu’elle foutait dans ta vie en guise de vengeance car elle ne supportait pas qu’une autre qu’elle soit auprès de toi… c’est effarrant.

    Mais le plus dur à digérer c’est ça : Que tu ne te sois pas insurgé contre elle, que tu n’ai pas pris ma défense quand elle a osé s’exclamer « elle a appelé chez moi de quel droit, empêche là de faire ça » comme si j’étais un pion, un truc extérieur et gênant dont il fallait se débarrasser…  et toi, au lieu d’ouvrir les yeux, tu es allé dans son sens en la rassurant « je gère, je vais faire en sorte que ça n’arrive plus ». Tu me prends pour quoi ? Pour qui ? Comment as-tu pu dire ça ? Comment as-tu pu me faire ça ?

    Que tu n’ai pas réagi à ça, je crois que c’est ce qui m’a le plus choquée et blessée et c’est ce qui m’a donné une idée vraiment réaliste de ce que je représente pour toi : une femme décorative qui n’a pas le droit d’être écoutée, entendue, qui doit juste être là, être belle et se taire pendant que tu traces ta route dans le genre « Qui m’aime me suive ». Sauf que là, je ne suis plus.

    Tu as eu pendant 5 mois l’occasion de me prouver ton amour. Si tu avais su arrêter, l’éloigner, lui dire clairement qu’elle n’avait pas d’importance pour toi et que ta femme était bien la personne la plus importante à tes yeux et qu’au vu de la situation (son refus d’engager une relation purement amicale), il était préférable de cesser tout contact… Là j’aurais vraiment su que tu m’aimes. Si tu avais écris tout ça sans savoir que je pouvais le lire, je n’aurais pu que croire en ta sincérité.

    Or, tu as fait tout le contraire. Tu n’as réagi au bout de 5 mois que lorsque je suis partie. Ce n’est pas quand on a tout perdu qu’il faut réagir. C’est avant. Et depuis deux mois, malgré mon départ rien n’a changé. Ton discours est toujours le même, ton attitude aussi. Et moi,  je dois me contenter de la situation et « passer à autre chose ». Tu nies toute responsabilité dans mon bien ou mal-être, en me disant qu’il suffit que je regarde mes enfants pour être heureuse. Mes enfants me rendent heureuse, oui. Mais est-ce une raison suffisante pour continuer à supporter un mari qui ne me témoigne aucun respect, qui ne prend pas mes besoins en considération et qui, depuis 20 ans passe toutes ses décisions en force en se disant, « ca va aller, elle va s’y faire ». Et bien, non. Je ne m’y fais pas.

    Je veux le sud. Je veux ma famille. Et je veux un homme qui m’aime et me respecte. Je n’ai rien de tout ça. Il est donc temps de tourner définitivement la page sur ces 20 années de vie où je n’ai fait qu’attendre. Je ne veux plus attendre. Je n’ai qu’une seule vie et j’en ai consacré la moitié à attendre de toi que tu m’apportes ce dont j’ai besoin. Force est de constater que j’attends en vain.

    Ton appartement se libère bientôt. C’est parfait. Tu en seras le nouveau locataire.

    Tu as tracé ta route sans considérer mes besoins. Laisse-moi maintenant tracer la mienne ; J’ai droit moi aussi à ma part de bonheur.

     


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Margot
    Jeudi 28 Février 2013 à 20:07
    Bonsoir
    Apparemment le problème n'est pas que tu n'arrives pas à être rassurée quant à sa relation ou pas avec elle. Le problème c'est que tu as vu très clairement la vraie nature de ton homme, de façon insupportable et évidente et claire comme jamais depuis que tu le connais, et qu'il n'a pas changé de façon radicale comme tu le souhaiterais après ça. La question étant: peux-tu pardonner et l'accepter tel qu'il est, veux-tu pardonner? Bon courage. En tous cas là tu ressens une très grande colère, un peu comme la somme de tout ce que tu avais enduré depuis 20 ans. fais attention à toi. Amicalement
    2
    Louise
    Vendredi 1er Mars 2013 à 14:34
    moi qui suit
    depuis longtemps longtemps ton blog cette lettre semble comme un sursaut comme une prise de conscience enfin que ce garçon ne te porte pas l'importance et le bien-être tout simplement que tu mérites. Après, vu de l'extérieur c'est toujours facile de dire ça. Je ne sais pas si tu la lui donnera ou pas cette lettre, mais j'ai l'impression que tu ouvres les yeux, c'est peut être déjà énorme :) Bises
    3
    Dimanche 3 Mars 2013 à 18:35
    @Margot
    Oui, une grosse colère qui, curieusement depuis que j'ai jeté ces mots sur le papier, s'est énormément calmée. c'est vraiment un processus bizarre... Mais c'est aussi pour ça que j'écris. Ca me guérit.
    4
    Dimanche 3 Mars 2013 à 18:36
    @Louise
    une prise de conscience qui n'est pourtant pas vraiment nouvelle. Je sais tout ça depuis toujours je crois. J'ai juste plus la force de supporter tout ça je crois...
    5
    Margot
    Dimanche 3 Mars 2013 à 19:52
    n'attends pas
    , va voir un psychologue, et un bon! Il faut que tu comprennes pourquoi tu restes. On ne peut agir ou choisir de ne pas agir qu'en connaissance de cause, qu'en connaissant ses motivations.
    6
    Matteo
    Mercredi 6 Mars 2013 à 14:38
    la vie
    Dure cette lettre! Je comprends que qqe part cela te soulage. A ce stade je n'aurais qu'un conseil a te donner ; écoute ton cœur et fait preuve de courage. Le courage ce n'est pas de braver les dangers mais bel et bien de se mettre en danger. Tu dis ne pas vouloir cela pour tes enfants, qu'est ce que tu ne veux pas pour tes enfants ? Un divorce ou un ménage sans bonheur et sans âme! Honnêtement si c'est vraiment la l'opinion que tu as de lui, pourquoi rester? Les enfants ne sont pas une bonne raison, crois moi ils en souffriront de plus en plus en grandissant. La peur de l'inconnue! C'est humain mais un adage qui me tient à cœur dit qu'il ne faut pas se laisser guider par sa peur. J'ose espéré que tu as d'autre bonnes raisons de rester, que qqe part au fond de toi vous vous aimé encore.. Entend moi bien, je veux là nullement de pousser à quoi que se soit juste t'aider à trouver une échappatoire et enfin reprendre ta vie en main. Courage.-…
    7
    Romane
    Mercredi 6 Mars 2013 à 21:53
    Dur
    Comme les autres, et depuis des années, je pense que ton mariage va droit dans le mur. Si tu étais mon amie, je te dirais sans ambages, "mais purée Titi, barre toi, barre toi trouver le bonheur ailleurs" Ton mari ne comble en rien tes attentes et tes désirs, avec lui depuis longtemps tu enchaînes déception sur déception, tu dépéris dans ton écriture, il n'y a plus d'élan plus de grâce plus de joie... Et quant au douloureux problème des enfants en cas de divorce je rejoins Matteo, quoi de plus affreux que de grandir avec une maman peu heureuse avec papa, c'est le meilleur moyen pour qu'il parviennent plus tard à le détester crois moi. Les enfants ont besoin de gaieté de joie de vie d'amour !!!! Ton corps entier a besoin d'amour et de chair à vif, ne le laisse pas s'éteindre dans les bras de ton mari qui s'avère être un bien piètre mari... Et nous sommes tous d'accord là dessus, étonnant non ? Il existe des hommes biens et bons et pas égoïstes je t'assure, arrête de te convaincre que l'herbe est toute aussi pourrie ailleurs parce que ce n'est pas vraie . Tu peux tout recommencer et faire mieux....
    8
    Lundi 11 Mars 2013 à 09:38
    @tous
    Merci pour vos petits mots.
    9
    heaven
    Lundi 11 Mars 2013 à 13:04
    tellement
    mais tellement OK avec Romane et Louis, mais bon, ça fait 8 ans que tu donnes cette impression de passer à côté de ta vie. après, qui on est pour juger hein ? enfin, si cette escapade de ton mec peut faire bouger les choses, tant mieux.
    10
    Mercredi 13 Mars 2013 à 13:56
    @Heaven
    Merci de ton petit passage par ici.
    11
    Johanna
    Mardi 26 Mars 2013 à 10:25
    Tes lecteurs sont assidus on dirait
    Je rejoins les autres, je te lis depuis très longtemps moi aussi, et comme les autres je pense que tu perds de précieuses années. Pour les enfants, déjà avant de les faire, tu te demandais si c'était une bonne chose étant donnée ta situation avec ton mari. La vie est courte !
    12
    Vendredi 29 Mars 2013 à 14:31
    @tous
    merci d'être là. Au fond de moi je sais pourquoi je ne pars pas ou ne suis pas partie. Je voulais faire un post là-dessus, mais je n'ai pas encore eu le temps. En tous les cas, j'ai mes raisons, et qu'elles soient bonnes ou mauvaises, et bien elles existent.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :