• D'un week-end pas si reposant du tout

    Impressions mitigées d'un week-end pas si mal mais pas terrible non plus.

    Les moins :

    - Se lever à 6h du matin, pour finir par attendre les retardataires sur une aire d'autoroute
    - Arriver dans un centre d'hébergement franchement glauque, aux chambres plus que spartiates, avec deux lits séparés dont les matelas n'étaient même pas à la même hauteur, aux robinets d'eau qui bloquent, une douche sans pommeau sur laquelle il faut appuyer sans cesse (comme dans les douches collectives) pour que l'eau coule
    - Passer la première matinée sur place, à boire des apéros sur une chaise au lieu du pique-nique au bord du lac initialement prévu
    - Pseudo-promenade visite passée à s'attendre les uns et les autres. Pas facile quand on est 30 d'avancer sans se perdre.
    - Le match de foot prévu entre 17h et 19h qui se transforme en tournoi de 19h à 23h30
    - la tartifllette qui arrive à minuit, dans une salle bruyante, remplie de footballeurs imbibés
    - Un petit prince que je ne peux m'empêcher de regarder cachée derrière mes lunettes de soleil. Des souvenirs refoulés qui remontent. Une nostalgie, une douceur, une certaine mélancolie qui me caresse. Et cette distance entre nous qui me pèse. Pas un regard, pas un sourire, pas un mot. A moins que, lui aussi, derrière ses lunettes, parfois, il m'a semblé... Mais peut-être que non en fait.

    Les plus :

    - Découvrir, même trés partiellement, un nouvel endroit, ça fait toujours plaisir
    - Sympathiser avec quelques autres femmes de joueurs toutes aussi ravies que moi de se trouver là par la force des choses
    - Une partie de pétanque et un pastis, comme un air de vacances pendant quelques heures. Ca fait du bien.
    - Un bon resto où tout est fait maison, des frites jusqu'aux sorbets et glaces, en passant par la chantilly et la meringue. Miam.
    - Un verre sur une terrasse ensoleillée, avec le lac derrière
    - une petite paire de ballerines vernies noire à 15 euros au passage (ben quoi ?)
    - La petite amie du petit prince est bien sympathique. Je suis heureuse pour lui. Ils forment un joli couple. Je ne peux m'empêcher de croire que c'est un peu grâce à moi, à notre histoire, qu'il a enfin réussi à prendre confiance pour se lancer dans une histoire à deux. Il n'avait jamais eu d'autre histoire longue durée avant moi. Et j'ai aussi passé beaucoup de temps à lui faire comprendre qu'il fallait prendre des risques si on voulait espérer construire quelque chose avec quelqu'un. A le rassurer sur sa capacité de séduction, sur le fait que, oui, une femme pouvait l'aimer, qu'il était vraiment plein de qualités. Dans ce cas, malgré tout le mal que je lui aurai fait, je lui aurais fait aussi beaucoup de bien. Ca me rassure de penser ça, peut-être que c'est une vue de l'esprit. Peut-être que c'est une coincidence. Mais l'essentiel est là. Maintenant, il est heureux.

    Maintenant il faut que j'arrive à me débarrasser de cet état mélancolique qui me colle au coeur, de ces images de douceur qui reviennent... Avec la grisaille et l'orage qui gronde, la pluie qui frappe les carreaux, pas facile de changer d'état... Heureusement, dans trois jours, viva Barcelona !


  • Commentaires

    1
    Timounch
    Mardi 15 Mai 2007 à 14:14
    J'ai eu peur
    que tu ne parles de Barcelone, j'allais te dire mais pourquoi partir à 30 ? Rires... Désolée, parfois je décroche ! Allez binetôt Barcelona !!!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :