• ... s'endort devant son écran. Et ce n'est pas une blague. Les bureaux sont vides, l'activité est proche de zéro et mon corps fatigué et rouillé du cou jusqu'au doigts de pieds génère une grosse fatigue depuis deux jours.

    Résultat, je viens de m'endormir devant mon écran... La loose.


    votre commentaire
  • Parfois je me demande à quoi tout cela peut bien mener. Je me demande à quoi ça sert. Que se cache-t’il derrière le mystère de notre présence ici, sur terre ?

    Je me réveille. Une nouvelle journée commence. Presque semblable à la précédente. Mais pas tout à fait. Le corps rouillé, je me mets doucement en route. Je me prépare, je prépare le petit bout, je l’emmène à la crèche et je vais au boulot. Je travaille, ou bien je fais semblant parfois. Un tourbillon d’activités pour gagner de quoi s’abriter, se sustenter, se divertir.

    Tout ça pour oublier qui nous sommes sans doute. Ce que nous sommes. Des consciences enfermées dans un corps, véhicule de notre âme pour quelques années à passer ici. Une âme ou autre chose d’ailleurs. Une partie d’un tout, une énergie, un bout de l’univers qui nous traverse. Je pense être là, ici. Mais suis-je vraiment ici ? Tout cela n’est-il pas juste une expérience ? Une étape ? Un jeu ? Un défi ? Un passage ? Une illusion peut-être…

    Quel est le sens de tout ça ? A quoi ça sert ? A quoi Je sers ? A reproduire l’espèce ? Contribuer à quoi ? A quoi sert-il que je m’agite, que je m’énerve, que je dépense de l’énergie pour tout ça ? J’ai parfois l’impression que c’est juste pour nous occuper l’esprit. Pour nous éviter de penser à notre condition humaine. Pour éviter qu’on puisse se poser des questions. Pour que les petits atomes que nous sommes continuent leur route, fasse leur job d’être humain, pour que l’univers continue de tourner. Petit grain de sable dans les rouages du temps, de l’infini, de l’immensité…


    4 commentaires
  • ...mon beau-père est vraiment trop con.

    Ils sont à la retraite et peuvent partir quand ils veulent, mais non. Ils partent au même moment que nous et nous reprochent ensuite de ne pas pouvoir rester autant de temps qu'ils veulent en vacances parce qu'on a l'audace de leur demander de nous ramener notre fils dès notre retour de voyage.

    HEUREUSEMENT que ma belle soeur nous a collé un repas de famille pile poil le week-end de notre retour, obligeant ainsi de toute façon les beaux-parents à revenir ici à cette date. S'il n'y avait pas ça, je suis certaine que le vieux aurait persisté jusqu'au bout pour ME faire chier.

    C'est comme ça. Il est vieux et con. Et le pire, c'est que le chéri s'en rend bien compte mais qu'il ne veut absolument pas le reconnaître et me soutenir, préférant me laisser m'énerver et me contrarier toute seule.

    Décidement, je le déteste de plus en plus.


    votre commentaire
  • Un consultant d'une soixantaine d'année, qui bosse régulièrement avec l'un de mes collègues, m'a soudainement invité à déjeuner la semaine prochaine.

    Cette invitation, reçue par mail, fait suite à une conversation très professionnelle que nous venions d'avoir. J'accepte. Puis il me demande que ce déjeuner reste confidentiel. Après un temps d'hésitation et de doute sur ses intentions, je me dis que, vu le carnet d'adresse du gars et la teneur de nos échanges qui n'ont été que rares et uniquement axées sur le boulot depuis un an qu'il bosse avec nous, cela a peut-être à voir avec une proposition professionnelle. Et qu'il ne voudrait pas que mon directeur ait des doutes.

    Et puis, finalement, je me demande...

    Parce qu'il revient à la charge en me demandant si je me déplace à xxx pour mon boulot de temps en temps. Je réponds que non, mais demande pourquoi ? Il répond qu'il y a de très bons restaurants à cet endroit là et que si j'ai l'occasion d'y passer il serait ravi de me les faire découvrir.

    Hum.

    Il me drague ou bien ?

    J'en saurais mieux la semaine prochaine (parce que au cas où il y aurait une opportunité, on ne sait jamais, mieux vaut y aller). Mais j'avoue que plus les jours passent, plus je me demande si tout ça n'est pas encore qu'un mauvais plan...


    6 commentaires
  • Il est des matins plus difficiles que d'autres.

    Un réveil embrumé quand le jour n'est pas encore levé.
    Le corps engourdi qui lutte contre les microbes.
    Abandonner son trésor dans des bras inconnus alors qu'on voudrait encore un câlin, encore un, juste un dernier...
    Chasser une idée noire, pensée pour ceux qui ne sont définitivement plus là, pour laisser place à une autre idée noire : bébé est si parfait, si calme, si souriant, si gentil et facile à vivre... Quel sera donc le revers de la médaille ? Avoir peur pour lui, sa santé, son bien-être...

    Et démarrer la journée en trombe, pour oublier tout ça, se noyer dans les objectifs à atteindre et les todolist à rallonge.

    La journée se termine. Je n'ai rien vu passer. Hâte de rentrer même s'il n'est que 18h10. Je finirai demain. Je continuerai demain.

    Demain est un autre jour. Si on est encore là.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique