• Confinement #jour1

    Confinement #jour1

    C’est une situation inédite. LA crise sanitaire du siècle. Une guerre contre un ennemi invisible qui, pour la première fois de notre vie (et j’espère la dernière mais j’ai un doute) nous conduit à devoir rester cloîtrés chez nous pour une durée encore inconnue.
     

     

    Malgré quelques pics d'angoisses, je le prends plutôt pour l’instant avec philosophie et je cherche à savourer tous les avantages que cela m’apporte.

     

    En premier lieu : fini les déplacements pour quelques mois ! Moi qui était EPUISEE par tous ces trajets, une semaine sur deux, je vais enfin pouvoir me poser et profiter de mon chez moi comme cela ne m’est jamais arrivée depuis que j’habite ici, c’est à dire depuis 2002. Les vacances ? Toujours à courir dans le sud voir ma famille. Les week-ends ? Souvent bien remplis et même si je reste chez moi c’est plus pour faire du ménage que pour profiter vraiment de ma maison.

     

    Ensuite, je vais pouvoir profiter de mes enfants. Toujours une semaine sur deux. Mais toute la journée, 7 jours sur 7. Bon OK. Devoir les faire travailler, vu la masse de boulot que les profs de l’un et la maîtresse de l’autre nous envoient, ça va pas être simple. Surtout quand on connaît la capacité de concentration et de coopération du plus grand (qui a plutôt pour habitude de m’envoyer ses cahiers à la tête au bout de 20 mn…). Mais je vais les voir, les avoir rien que pour moi une semaine entière au moins (et probablement plus). Et ce temps partagé est un cadeau (je dirai peut-peut-être plus ça à la fin de la semaine prochaine ;-)).

     

    Enfin je vais pouvoir m’occuper un peu de ma maison s’il me reste encore un peu d’énergie entre le télétravail (on n’est pas du tout en mode « entreprise ralenti » pour l’instant) et mon nouveau job de prof à domicile.

     

    Je pensais aussi pouvoir profiter de mon amoureux la semaine où je n’ai pas les enfants. Mais c’était sans compter sur le fait qu'il a peut être été contaminé par un de ses collègues malades et qu'on doit donc éviter de se voir... Tristesse.

     

    Alors je suis partie pour passer une semaine en mode « 0 interaction physique ». Personne à l’horizon pendant 7 jours. Que des visios, des appels et un bol d’air de temps en temps dans le jardin depuis lequel je peux saluer de loin la voisine qui n’est de toute façon pas très avenante.

     

    J’envie parfois ceux qui sont « en famille », qui ont pu se regrouper juste avant qu’on ne baisse le rideau, ou même ceux qui sont simplement en couple. Moi, je me retrouve vraiment isolée. Mais je ne suis pas la seule dans ce cas. Je pense à ma grand-mère et à toutes ces personnes qui sont aussi dans cette situation et qui n’auront pas la chance d’avoir un peu de famille chez eux en « garde alternée ».

     

    Cette solitude forcée, loin de mes proches, est ce qui me pèse le plus, et j’espère pouvoir les revoir bien vite. En attendant, je savoure ce temps seule avec moi-même, comme une « retraite » impromptue, sauf que je n’ai pas vraiment ni le temps de méditer ou de prier ! 

     

    Portez vous bien. Prenez soin de vous et de vos proches.

     

     

    A très vite.


  • Commentaires

    1
    Louise
    Mercredi 18 Mars 2020 à 10:46

    Bon courage, j'espère que tu profiteras autant que possible de cette situation :)

      • Vendredi 20 Mars 2020 à 08:53

        Merci Louise ! Bon courage à toi et à tous les lecteurs qui passeront par ici dans les jours prochains.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :